BFMTV

Nantes: tensions après la mort d'un homme retrouvé dans un gymnase occupé

Un homme marche dans le gymnase du lycée Jeanne-Bernard occupé par des migrants près de Nantes (illustration)

Un homme marche dans le gymnase du lycée Jeanne-Bernard occupé par des migrants près de Nantes (illustration) - Loic Venance / AFP

Un homme a été retrouvé mort jeudi matin dans un gymnase près de Nantes occupé par des centaines de migrants depuis plusieurs mois. La victime serait morte d'un arrêt cardiaque. Des tensions ont éclatées entre les forces de l'ordre et les migrants présents sur place.

Des tensions sont survenues jeudi près de Nantes après la mort d'un homme d'une trentaine d'années retrouvé mort au gymnase Jeanne Bernard où des centaines de migrants vivent depuis plusieurs mois dans des conditions précaires, a-t-on appris de sources concordantes.

Mort d'un arrêt cardio-respiratoire

"Un homme de 35 ans environ a été retrouvé mort jeudi vers 10h30. Il se serait plaint de maux de ventre dans la soirée et serait resté dormir au gymnase", a rapporté la maire socialiste de Nantes, Johanna Rolland.

"Les premiers éléments dont on dispose disent qu'il n'y a ni traces de violences ni traces de coups donc il faut laisser l'enquête se poursuivre" pour connaître les causes de ce décès, a dit la maire.

"Selon les premières informations, il s'agirait d'un arrêt cardio-respiratoire", a pour sa part indiqué la préfecture de Loire-Atlantique, estimant qu'"entre 700 et 800 personnes" vivent dans ce gymnase de Saint-Herblain, une commune limitrophe de Nantes. Ce chiffre a augmenté au fil des mois puisque déjà en mars 300 personnes y vivaient dans des conditions très précaires, installées sous des tentes à l'intérieur du gymnase et dans ses environs immédiats.

Vives tensions entre migrants et forces de l'ordre

La nouvelle de cette mort a provoqué des tensions et les forces de l'ordre sont intervenues sur place, a constaté un correspondant de l'AFP. "Que fait le ministère de l'Intérieur ? Ça fait des mois que les associations, les citoyens, la ville de Saint-Herblain, les élus que nous sommes alertons sur cette situation", a déploré Johanna Rolland.

Véronique Escolano, journaliste chez Ouest France, a suivi la situation sur Twitter et a diffusé plusieurs vidéos. 

Selon des informations du quotidien régional Ouest France, les tensions ont éclaté en début de l'après-midi entre les forces de l'ordre et les migrants présents. Ils n'auraient pas voulu lâcher le corps couvert d'une bâche blanche que la police était venu enlever. Des poubelles ont été enflammées et à 17 heures, la tension serait toujours vive entre les jeunes et les forces de l'ordre.

J. G. avec AFP