BFMTV

Nanterre: deux hommes jugés pour le viol de soeurs jumelles sourdes et muettes

Les deux hommes encourent chacun 20 années de réclusion criminelle.

Les deux hommes encourent chacun 20 années de réclusion criminelle. - -

L'affaire remonte à 2012. Deux soeurs jumelles accusent deux ressortissants roumains de les avoir violées dans leur appartement. Les accusés ont partiellement reconnu les faits.

C'est une affaire complexe qui se présente aux juges. En 2012 à Bois-Colombes, dans les Hauts-de-Seine, ces jumelles âgées de 33 ans sont retrouvées prostrées dans hall d'immeuble par des voisins. Inquiets, ceux-ci appellent la police, qui comprend rapidement ce qui s'est passé un peu plus tôt.

Toutes deux sourdes et muettes

Les deux soeurs sont toutes les deux sourdes et muettes et ne connaissent pas la langue des signes. Mais selon leur récit, elles auraient rencontré leurs violeurs dans un café, avant de les suivre au petit matin jusqu'à l'appartement où les viols se sont produits.

"L’évocation des faits est très compliquée pour mes clientes", a expliqué à 20 minutes l'avocate des victimes, Isabelle Clanet dit Lamanit. "Elles ont développé une espèce de langage propre. "Elles communiquent essentiellement par onomatopées, cris et mimes". Un langage que les juges devront déchiffrer s'ils veulent comprendre en détail le déroulement des faits.

Des versions différentes

De son côté, l'avocate de l'un des accusés s'inquiète de la multiplication des récits donnés par les victimes. "Mon client reconnaît en partie les faits", explique Me Nathalie Catan, l'avocate de l'un des deux accusés, "mais rien n'est clair. Nous avons au moins cinq ou six versions différentes dans ce dossier".

Pour faciliter la communication avec les victimes, Me Clanet dit Lamanit compte demander le huis clos, et surtout l'intervention de la mère et de la tante des victimes, habituées à communiquer avec elles. Une demande d'ores et déjà acceptée par les avocates de la défense. Les deux accusés encourent jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle pour "viol sur personne vulnérable".

Paul Aveline