BFMTV

"Mouvement des policiers en colère": une association créée officiellement

L'association "Mouvement des policiers en colère" a été créée officiellement ce lundi. (Photo d'illustration)

L'association "Mouvement des policiers en colère" a été créée officiellement ce lundi. (Photo d'illustration) - Alain Jocard - AFP

Trois semaines après le début des manifestations policières, les policiers non syndiqués ont créé ce lundi matin leur association, baptisée "Mouvement des policiers en colère".

"MPC" pour Mouvement des policiers en colère. C'est le nom de l'association créée par les policiers non syndiqués, dont les statuts ont été déposés ce lundi matin à la préfecture de police de Paris. "MPC" est une association à but non lucratif, et sera financée par les cotisations des adhérents. 

Ses membres refusent catégoriquement toute subvention gouvernementale. Ils se disent apolitiques et hors syndicats. Leur volonté: représenter tous les policiers français en colère. 

Un mouvement qui prend de l'ampleur 

Depuis la mi-octobre, la grogne des policiers ne faiblit pas. Le mouvement avait commencé par une manifestation nocturne spontanée sur les Champs-Elysées, le 17 octobre dernier. Il s'est ensuite étendu à toute la France, en particulier dans les grandes villes. Vendredi soir, ils étaient près de 700 à manifester à Lyon, et plus d'une centaine dans de nombreuses villes telles que Béziers et Avignon. 

Pour tenter d'apaiser cette mobilisation, largement soutenue par l'opinion publique, le gouvernement a annoncé une enveloppe de 250 millions d'euros pour permettre un renouvellement du matériel, la fin des "tâches indues" (comme les gardes statiques devant les bâtiments), l'alignement des sanctions pour "outrages" à l'encontre des forces de l'ordre avec celles des magistrats, qui passera de six mois à un an d'emprisonnement, ainsi que des mesures pour préserver l'anonymat des policiers dans le cadre des procédures ou en intervention.

Malgré cette annonce, l'insatisfaction des policiers demeure, et les mobilisations se poursuivent. 

Alexandra Gonzalez avec Alexandra Milhat