BFMTV

Michelin victime d’une escroquerie de 1,6 million d’euros

Le groupe Michelin, dont le siège est basé à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme, s'est fait dérober 1,6 million d'euros par des escrocs particulièrement aguerris.

Le groupe Michelin, dont le siège est basé à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme, s'est fait dérober 1,6 million d'euros par des escrocs particulièrement aguerris. - Google Maps

Le "Bibendum" Michelin, dont le siège est basé à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme, a porté plainte fin octobre, après être tombé dans un piège tendu par des escrocs très aguerris. Près de 1,6 million d’euros ont été subtilisés.

Des artistes de l’escroquerie. L’entreprise Michelin s’est fait arnaquer la coquette somme de 1,6 million d’euros dans une escroquerie particulièrement bien ficelée, dont le mode opératoire est pourtant bien connu.

Nouveau compte en banque

Fin octobre, un fournisseur de Michelin s’inquiète auprès de la société, dont le siège est basé à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme, que plusieurs factures ne lui ont pas été payées, rapporte Le Parisien. Faux, lui rétorque l’entreprise: plusieurs virements ont bien été effectués sur le compte en banque du fournisseur dont les références ont été changées à la fin du mois de septembre.

Banque en République Tchèque

En fait, Michelin est tombé dans un piège particulièrement retors: ce compte n’a jamais été ouvert par le fournisseur en question. Et voici ce qu’il s’est passé: un comptable du groupe a été contacté par un homme se faisant passer pour le directeur financier de ce fournisseur. Visiblement bien renseigné sur la procédure à suivre et la personne à contacter chez Michelin, l’escroc a prétendu qu’il fallait désormais effectuer les virements sur un compte hébergé dans une banque…. située en République Tchèque.

Arnaque aux "faux ordres de virement"

Le groupe Michelin a porté plainte à la fin du mois d’octobre, victime d’une variante de l’arnaque dite "aux présidents" ou aux "faux ordres de virement". Cette arnaque, dans laquelle un soi-disant PDG d’entreprise appâte ses victimes en leur faisait croire qu’il souhaite faire une importante acquisition, a déjà fait des centaines de victimes pour un préjudice estimé à 300 millions d’euros, rappelle le quotidien régional. Et jusque-là, Michelin avait, semble-t-il, su déjouer les pièges.

Selon toute vraisemblance, la firme au "Bidendum" serait en train de se faire rembourser l’intégralité de la somme soutirée, puisque selon les informations d’Europe 1, elle est assurée contre ce type d’escroquerie.

Caroline Piquet