BFMTV

Meuse: des opposants à l'enfouissement de déchets nucléaires occupent un bois

Quelques dizaines d'opposants au projet Cigéo de stockage de déchets radioactifs à Bure, dans la Meuse, occupaient lundi un bois menacé par son avancement et ont lancé un appel à les rejoindre tout au long de l'été, a constaté une journaliste de l'AFP.

Regroupés derrière le mot d'ordre "Occupy la Meuse", ces opposants au projet Cigéo expliquent, dans un communiqué, avoir "temporairement libéré le bois communal de Mandres-en-Barrois du joug de l'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets nucléaires) et sa poubelle nucléaire Cigéo" et appellent à "converger largement vers Bure (...) pour empêcher, par tous les moyens nécessaires, la destruction de ce bois".

Au cours du week-end, ils ont arraché des clôtures installées autour du bois, bloqué des chemins d'accès au chantier avec des branches et construit sur place un préau en bois, censé devenir le point de ralliements des militants. Les opposants, parmi lesquels des personnes dissimulant leur visage derrière des masques ou des écharpes, ont affirmé lundi être une cinquantaine, tandis que la préfecture de la Meuse en avait recensé le matin une trentaine. La journaliste de l'AFP a pu constater la présence de tentes disséminées dans la forêt.

Les anti-Cigéo dénoncent le lancement il y a une quinzaine de jours par l'Andra de travaux de déboisement dans cette forêt, alors que des habitants de Mandres-en-Barrois ont déposé un recours devant le tribunal administratif pour s'opposer à sa cession à l'Andra par la commune, en échange d'un autre bois.

Ils craignent également que ce chantier constitue une étape de plus vers la concrétisation de Cigéo, alors que la proposition de loi visant à donner l'autorisation nécessaire à la poursuite du projet n'a pour l'instant été adoptée que par le Sénat et prévoit une phase pilote avant le vrai démarrage du projet.

V.R. avec AFP