BFMTV

Meurtre d'Océane : le suspect reconnaît de nouveau les faits

-

- - -

Nicolas Blondiau, un père de famille de 27 ans, accusé du viol et du meurtre de la petite Océane en novembre 2011 dans le Gard, est jugé par les assises lundi et mardi à Nîmes. Il encourt la réclusion à perpétuité.

Nicolas Blondiau, un père de famille de 27 ans, a de nouveau reconnu avoir violé et tué Océane, une fillette de 8 ans qu'il connaissait, à Bellegarde en novembre 2011, au premier jour de son procès lundi devant la cour d'assises du Gard.

"Vous êtes accusé de meurtre sur mineur de quinze ans, accompagné ou suivi d'un autre crime, un viol Reconnaissez-vous les faits?", lui a demandé à l'ouverture la présidente Geneviève Perrin.

"Oui", a murmuré Blondiau, qui venait d'écouter la lecture de l'ordonnance de mise en accusation en se tenant la tête entre les mains.

"Ne me regarde pas"

Dans une ambiance sous haute tension, l'accusé était arrivé un peu plus tôt dans la salle d'audience vêtu d'une doudoune gris anthracite, cheveux clairs et coupés ras, le front dégarni. Il s'est exprimé d'une voix à peine audible pour décliner son identité.

"Ne me regarde pas", lui avait crié le père de la victime, alors qu'il s'installait sur le banc des parties civiles en face de l'accusé avec son épouse.

Tête penchée, Blondiau a suivi d'un regard fixe lundi les témoins qui se sont succédé à la barre. A un moment, il a envoyé un petit baiser à son ex-concubine et mère de ses deux enfants. "C'est quelqu'un au profond mal-être, une personnalité mal structurée", a noté l'enquêtrice Karine Poulain-Lebon, à laquelle il avait décrit une "enfance malheureuse" perturbée par la séparation de ses parents. Et s'il peut être "sérieux, motivé", il est aussi considéré comme "manipulateur" et "gros consommateur d'alcool".

Un "fort risque de récidive"

Le lendemain de la découverte du cadavre, Blondiau était allé voir le père pour lui promettre qu'on retrouverait le meurtrier.

Selon une ex-compagne, Blondiau, qui avait jusqu'à la mort d'Océane un casier judiciaire vierge, "aurait auparavant déjà tenté de violer une adolescente", une histoire qui n'a pas fait l'objet d'une plainte mais d'un arrangement.

Pour l'expert-psychologue Philippe Robardev, Blondiau, inférieur à la moyenne en terme d'intelligence, souffre de "troubles de caractère". Selon lui, il reconnaît ce qu'il a fait mais n'a pas d'explication. "Il lui est difficile de s'expliquer", a estimé l'expert, assurant qu'il y a un "fort risque de récidive".

L'accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité, qui peut être assortie d'une peine de sûreté de 30 ans, soit la condamnation la plus lourde inscrite au code pénal français.

La rédaction avec AFP