BFMTV

Otages au Sahel: rassemblements pour les 1.000 jours de détention

De nombreux rassemblements de soutien aux familles des otages se sont tenus ce samedi.

De nombreux rassemblements de soutien aux familles des otages se sont tenus ce samedi. - -

Plusieurs rassemblements de soutien aux familles des quatre otages enlevés en 2010 au Niger se sont tenus ce samedi dans plusieurs villes de France, alors que le cap symbolique des 1.000 jours de détention a été franchi.

Proches, amis, membres d'associations se sont rassemblés ce samedi dans plusieurs villes de France pour réaffirmer leur soutien aux familles des quatre Français retenus en otage au Sahel depuis plus de mille jours et déplorer le silence et "l'inaction" des autorités.

Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret ont été enlevés le 16 septembre 2010 au Niger par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

"Cap insoutenable"

"Mille jours, c'est un cap insoutenable (...) mais l'espoir est toujours là de les retrouver vivants", a déclaré Aurélien Pigeat, neveu de Daniel Larribe, parmi les 150 à 200 personnes réunies devant l'Hôtel de Ville de Paris. Une telle durée "donne tort à la stratégie du silence", a-t-il poursuivi, pointant du doigt ce qu'il estime être une forme d'inaction des pouvoirs publics.

L'épouse de Daniel Larribe, Françoise, capturée en même temps que lui mais libérée en février 2011, était présente au rassemblement parisien.

"Les otages sont des citoyens comme vous, comme nous. Doit-on pour cela les oublier, les abandonner ?", a lancé Claude Larribe, son frère, présent lui à Saint-Céré, dans le Lot, dont l'otage est originaire. Un millier de personnes se sont réunies dans ce village de 3.500 habitants, face à la mairie qui arbore depuis plusieurs mois l'effigie des quatre otages.

Pour Claude Larribe, "la discrétion cache une profonde inaction". "Tous les Etats, même les plus fermes, trouvent toujours, quand ils l'ont décidé, des voies de dialogue et de négociation": "il faut que le président de la République le décide vite: il peut et doit le faire", a-t-il estimé.

Rassemblements simultanés dans plusieurs villes

Des rassemblements simultanés étaient également prévus samedi à Aix-en-Provence, Valence, Nantes et Orléans.

A Nîmes, entre 250 et 300 personnes selon la police ont participé samedi matin à un rassemblement.

Vendredi, des proches de Pierre Legrand ont déposé à Paris une plainte visant à obtenir des informations sur sa détention et à dénoncer de possibles manquements à la sécurité d'Areva et d'une filiale de Vinci, son employeur au Niger.

A LIRE AUSSI:

>> Otages du Niger: une plainte pour enlèvement et mise en danger de la vie d'autrui

>> Aqmi annonce l'exécution d'un otage français

>> Otages: la France ne paiera plus

>> Ghesquière: "les conditions de vie des otages doivent être très difficiles"