BFMTV

Manifestation en soutien à Gaza: comment va-t-elle être encadrée?

Des manifestants pro-Palestine le 19 juillet dans le quartier de Barbès à Paris lors d'un rassemblement interdit

Des manifestants pro-Palestine le 19 juillet dans le quartier de Barbès à Paris lors d'un rassemblement interdit - -

Que ce soit du côté de la police ou des organisateurs, tous entendent assurer une sécurité renforcée pour ce rassemblement qui se tient ce mercredi à partir de 18h30 à Paris. BFMTV.com récapitule le service d'ordre déployé pour l'occasion.

Cette fois, il n'est pas question de se laisser "dépasser". La manifestation, à l’appel du Collectif national pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens, se tiendra à Paris ce mercredi à 18h30 avec l'autorisation de la préfecture de police, et sous haute protection.

Afin de ne pas assister à de nouveaux débordements, comme ceux du week-end dernier, plus d'un millier de policiers mais aussi les services d'ordre des organisateurs de la manifestation sont attendus. Quels seront les rôles de chacun? BFMTV.com fait le tour du dispositif de sécurité pour l'ensemble des cortèges.

Chaque parti protègera son cortège

La manifestation partira de la place Denfert-Rochereau en direction des Invalides. Rappelons que le parcours a été modifié pour éviter des heurts aux abords des lieux de culte. Les autorités ont prévu une dispersion de la manifestation vers 21h, sur l'esplanade des Invalides.

Le Collectif à l'origine du rassemblement regroupe une quarantaine d’organisations: parmi elles, des associations, des syndicats et des partis politiques. Pour assurer la sécurité de leur cortège, les services d'ordre de la CGT, du NPA, du Parti de gauche et du Parti communiste français seront mobilisés. Chaque cortège aura donc son propre service d’ordre.

"Notre service d'ordre sera là, nos militants sont en train de s'organiser pour qu'on ait un service d'ordre conséquent, mais le service d'ordre de la CGT protégera le cortège de la CGT", a précisé Laurent Pagnier, secrétaire de l'Union régionale Ile-de-France de la CGT, qui n'exclut pas que la centrale fournisse peut-être "quelques camarades pour le carré de tête, pour que tout se passe bien".

Une information confirmée par le Parti de gauche: "Notre service d'ordre protégera le cortège du PG", a dit Martine Billard, co-présidente du parti, contactée par BFMTV.com. Et de préciser que celui-ci est "habitué à travailler avec les services d'ordre du PC, de la CGT, et du NPA".

Les associations comptent elles aussi sur leur propre service d'ordre: "La meilleure sécurité, c’est qu’il y ait beaucoup de monde. La police sera là et nous prendrons en charge la sécurité de notre propre cortège en toute responsabilité", a assuré mardi Pierre Tartakowsky, président de la Ligue des droits de l'homme (LDH).

Plus de 1.500 policiers attendus

En Conseil des ministres, François Hollande a réaffirmé mercredi "que la responsabilité de l'Etat, c'est de faire respecter l'ordre républicain". Ainsi, selon les informations de BFMTV, au moins 18 forces mobiles d’interventions, soit près 1.500 hommes, seront mobilisées dans les rues de Paris.

Parmi ces forces de police déployées seront présents des CRS, des escadrons de gendarmerie mobile, des compagnies d’intervention de la direction de l’ordre public et de la circulation, mais aussi des brigades d’information de voie publique et des policiers de la brigade anti-criminalité (BAC). Le dispositif sera équivalent à celui mis en place lors du 14 juillet dernier.

Et s'il y a des "provocateurs", "les forces de l'ordre sont organisées de manière à pouvoir les neutraliser", a fait savoir le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Mélanie Godey