BFMTV

Les motards en colère se mobilisent contre la loi sur la transition énergétique

Manifestation de motards en colère à Lille, samedi 10 octobre 2015.

Manifestation de motards en colère à Lille, samedi 10 octobre 2015. - Denis Charlet - AFP

Les motards ont manifesté samedi, à l'appel de la Fédération française des motards en colère (FFMC), dans plusieurs villes de France pour protester contre la loi relative à la transition énergétique, qui permet aux communes de mettre en place des zones à ciculation restreinte excluant les deux-roues.

La FFMC a organisé cette journée d'action nationale avec pas moins de 34 manifestations pour s'opposer aux "interdictions de circulation des deux-roues motorisés en ville". Les cortèges de motards ont défilé sous le même slogan: "Le deux-roues motorisés est une solution, pas une pollution"!

Manifestations dans de nombreuses villes

A Paris, les motards bloquaient au moins en partie le périphérique, selon un journaliste sur place dans l'après-midi.

A Orléans (Loiret), environ 300 motards en colère se sont rassemblés entre 9 heures et 10 heures sur le parvis du Théâtre d'Orléans avant de rejoindre la route nationale direction Paris, où ils devaient participer à la manifestation nationale dans l'après-midi, selon la police.

A Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), quelque 150 motards ont répondu à l'appel de la FFMC et ont manifesté dans la matinée devant la mairie.

Des manifestations avaient aussi lieu à Lyon, Caen, Lille, Montpellier...

La FFMC proteste aussi contre les "politiques environnementales qui souhaitent interdire les motos d'avant 2000 (puis celles des années suivantes, à très court terme), dans les grandes villes de France, dont Paris".

"Problématique d'autant plus amplifiée, selon la FFMC, par la loi sur la transition énergétique votée récemment et qui donne tous les outils aux collectivités pour appliquer des zones à circulation restreinte, intégrant le deux-roues motorisés dans ces restrictions". Cela constituerait "une exception européenne", affirme la FFMC.

la rédaction avec AFP