BFMTV

E-cigarette vendue en pharmacie? Les vapoteurs se fâchent

Un million et demi de personnes fument des cigarettes électroniques en France.

Un million et demi de personnes fument des cigarettes électroniques en France. - -

Une manifestation doit se tenir lundi matin, à Strasbourg, à l'appel de vapoteurs mais aussi de médecins, pour que les e-cigarettes ne soient pas vendues en pharmacies, comme médicaments.

Non à la cigarette électronique en pharmacie. C'est le message des vapoteurs qui manifestent lundi matin à Strasbourg. Mardi, le Parlement européen doit décider si la cigarette électronique sera classée comme médicament et vendue en pharmacie.

Fait nouveau, des médecins se joignent aux vapoteurs pour réclamer que la e-cigarette ne devienne pas un produit pharmaceutique. Dix d'entre eux ont même lancé un appel, cité par Le Parisien (article payant), pour que la cigarette électronique reste un produit de consommation courante.

1,5 millions de personnes vapotent

Les magasins de cigarettes électronique ont poussé comme des champignons: en deux ans, 5 à 6.000 boutiques ont ainsi ouvert dans toute la France. Or, les produits nicotiniques qui y sont vendus ne sont pas contrôlés comme les patches ou les gommes à base de nicotine delivrés en pharmacie. C'est pour cette raison que la réforme propose de les soumettre aux mêmes lois que les médicaments.

En France, 1,5 million de personnes vapotent, et selon certaines études, la cigarette électronique est considérée comme un moyen au moins aussi efficace pour arrêter le tabac que le patch à la nicotine.

Selon les vapoteurs, ce statut médicamenteux ferait perdre tout intérêt à la cigarette électronique. Pour Brice Lepoutre, président de L'Aiduce (l'association indépendante des utilisateurs de cigarettes électroniques), "les autorisations de mise sur le marché sont très coûteuses, du coup, on se retrouvera avec deux-trois arômes et on va arriver à une standardisation des cigarettes électoniques (...). On va renvoyer vers le tabac de nombreux vapoteurs qui avaient besoin de spécificités".

"Si c'est un médicament, il doit être distribué en pharmacie"

Les laboratoires et les pharmaciens sont accusés de vouloir mettre la main sur un marché juteux. Faux, répondent-ils. Selon eux, le sevrage ne peut se faire qu'en officine. "Si dans la cigarette électronique il y a une substance active comme la nicotine", estime Gilles Bonnefond, président de l'Union Syndicale des Pharmaciens d’officine, "cela veut dire que c'est un médicament et si c'est un médicament, il doit être distribué en pharmacie".

Le chiffre d'affaires des cigarettes électroniques en France égale désormais celui des substituts nicotiniques vendus en pharmacie.

> L'e-cigarette vendue uniquement en pharmacie: bonne idée? Exprimez-vous

M.Rangin / Sujet vidéo C.Danré avec D.Bouteiller