BFMTV

200 opposants au mariage pour tous à Paris

200 opposants au mariage homosexuel ont organisé dimanche un "happening" sur les Champs Elysées

200 opposants au mariage homosexuel ont organisé dimanche un "happening" sur les Champs Elysées - -

Emmenés par leur chef, tout de rose vêtu, Frigide Barjot, les manifestants ont tenté de bloquer les Champs Élysées.

Concert de klaxons, drapeaux bleus, blancs, roses et voiture de mariés: plus de 200 opposants au mariage homosexuel ont organisé dimanche un "happening" sur les Champs Elysées.

Ils étaient environ 250 à bloquer momentanément la célèbre avenue de la capitale, a-t-on appris de source policière, la figure de proue des opposants au texte sur le mariage homosexuel Frigide Barjot, évoquant de son côté la présence de "plus de 400 voitures".

Rendez-vous avait été donné à la presse au petit matin devant le Conseil d'Etat, près du Palais-Royal.

Un rejet du Conseil constitutionnel ?

Frigide Barjot, vêtue de son désormais incontournable sweat-shirt rose, y a réclamé que le Conseil rende public son avis sur la question qu'elle juge "tenu secret" ce qui illustre, dit-elle, une "volonté de ne pas dire la vérité aux Français".

Selon elle, "la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire administratif a rendu un avis qui dit clairement les choses sur le fait que le mariage a été explosé par la volonté d'égaliser les couples de même sexe avec les couples de sexe différents".

Les membres de l'institution y "soulignent que cela crée une différenciation irréductible entre les mariages de personnes de sexe différent et les mariages de personnes de même sexe en faisant disparaître la présomption de paternité. C'est très grave", dit-elle.

"Il va falloir le dire aux Français, cette loi (...) institue que la filiation est changée et que donc la PMA (procréation médicalement assistée) et la GPA (gestation par autrui) se trouvent inévitables", estime l'humoriste catholique, bien que ces questions ne figurent pas dans le texte.

Une demande de référendum

Le débat-marathon sur le projet de loi s'est achevé samedi après environ 110 heures de discussions. Le texte doit être adopté mardi par l'Assemblée nationale mais il devra ensuite franchir l'étape du Sénat, à partir du 18 mars. 

Malgré le cheminement du texte au Parlement, les anti-mariage gay assurent qu'ils ne baissent pas les bras, leur figure de proue soulignant que "la marche parlementaire n'empêche pas la marche du peuple".

Ils ont de nouveau réclamé dimanche la tenue d'un référendum.

S. A. avec AFP