BFMTV

Magnotta : « Vous m'avez eu »

Luka Rocco Magnotta s'appelle en réalité Eric Clinton Newman

Luka Rocco Magnotta s'appelle en réalité Eric Clinton Newman - -

Recherché depuis 10 jours par Interpol, Luka Rocco Magnotta a été arrêté lundi après-midi dans un cybercafé à Berlin alors qu'il consultait des pages Internet sur lui même. Témoignages.

Luka Rocco Magnotta, jeune canadien de 29 ans, soupçonné d'avoir dépecé un étudiant chinois de 32 ans a été arrêté ce lundi en début d'après-midi, dans un cybercafé de Berlin dans le quartier de Neukölln. Il s'était envolé de Montréal il y a 10 jours en direction de Paris, était arrivé en France le 26 mai dernier pour en repartir six jours plus tard en direction de Berlin.

Les erreurs du suspect...

L’arrestation de Luka Rocco Magnota s’est faite assez rapidement grâce au travail d’Interpol. Mais ce dénouement est dû également aux erreurs du suspect. Il a semé plusieurs indices. D’abord, il a utilisé son téléphone portable. Un signal a donc été repéré à Bagnolet ce qui a mené les enquêteurs sur sa trace. Luka Magnotta a passé deux jours dans un hôtel avant de prendre le bus pour Berlin. Plusieurs témoins donnent l'alerte sur son passage : le « dépeceur de Montréal » n'a pas modifié son apparence. Via Interpol, les polices recoupent très vite les informations.

« Il a essayé de leur donner des faux noms »

A Berlin, le patron du cybercafé de la Karl-Marx-Strasse le reconnaît immédiatement. Alors que le jeune homme s'est installé à un ordinateur, le patron en profite pour regarder des photos de lui sur internet avant d'alerter une patrouille de police qui passait dans la rue. Stefan Redlich est porte-parole de la police de Berlin : « Vers 13h30 un témoin a appelé la police pour dire qu’il avait vu le suspect à Berlin dans le quartier de Neukölln. Nous avons envoyé un car de police avec 7 policiers en uniforme. Ils ont parlé à l’individu et lui ont demandé de justifier son identité. Il a essayé de leur donner des faux noms mais la police a insisté et il a dit à la police : vous m’avez eu et il a été arrêté ».

« Il consultait des pages sur lui »

Kadir Anlayisli est l'employé du cybercafé qui a reconnu Magnotta. Derrière l’écran d’ordinateur le suspect regardait des pages internet sur … lui-même : « Je crois bien que c’était des pages en français et une vidéo d’un responsable de la police française. A un moment donné, j’ai aussi vu qu’il voulait imprimer une carte d’identité. Une page concernant les cartes d’identité était ouverte sur l’ordinateur ».

Une arrestation « très rapide, grâce à la notice rouge » d'Interpol

Sylvie Feucher est secrétaire générale du Syndicat des commissaires de la police nationale. Elle explique sur RMC comment la police a fonctionné pour arrêter dans de brefs délais le tueur présumé : « Le système fonctionne très bien, ça va extrêmement rapidement. Alors quand c’est urgent comme cela, on a une notice rouge ! On a également des échanges de police à police. Il y a eu beaucoup d’efficacité dans un cas comme celui-ci et c’est tant mieux quand on connaît la dangerosité de l’individu ».

La Rédaction avec Sophie Delpont