BFMTV

Lot, Creuse, Mayotte… Ces départements épargnés par le coronavirus

Une vingtaine de départements de métropole et d'Outre-mer résistent actuellement au coronavirus, où l'on dénombre moins de cinq morts. La faible densité de population est l'une des raisons avancées pour expliquer ce phénomène.

En France, une petite vingtaine de départements résistent particulièrement bien à la propagation du coronavirus. Une partie du sud de la France, et plusieurs territoires d’Outre-mer comptabilisent moins de cinq morts dans leurs hôpitaux liés au Covid-19, depuis le début de la pandémie. Une résistance qui s'expliquerait avant tout par une plus faible densité de population.

Selon les dernières données de Santé publique France publiées mercredi, le Cantal, la Lozère, la Guyane, et La Réunion n’ont comptabilisé aucun mort lié au coronavirus. L’Ariège, la Dordogne et le Lot n’en comptabilisent qu’un. Les Hautes-Alpes et Mayotte en dénombrent deux, la Haute-Corse, le Lot-et-Garonne, et le Tarn-et-Garonne trois. Enfin, les Alpes-de-Haute-Provence, Creuse, Haute-Loire, Martinique en ont détecté quatre.

Une quarantaine d'appels par jour au Samu

Il existe donc une grande disparité sur le territoire français face au Covid-19, lorsque l'on compare les chiffres de ces départements à ceux de l’Ile-de-France ou du Grand-Est par exemple. Dans le Lot, le Samu ne reçoit qu’une quarantaine d’appels par jour liés au coronavirus:

"On a été en difficulté les premiers jours de la crise, mais actuellement nous ne sommes pas en saturation, nous sommes revenus à des effectifs tout à fait normaux", indique à BFMTV Thierry Debreux, médecin chef du SAMU du département. 

Dans le service réservé aux malades du Covid-19 à l’hôpital de Cahors, chef-lieu du Lot, seuls six lits sur douze sont occupés. 

"Comme toujours on a un décalage de 15 jours avec les grandes métropoles comme Toulouse, c’est le cas pendant la grippe par exemple", nous indique Stéphane Sire, chef du service infectiologie de l’hôpital. 

Des contacts moins fréquents

Pourquoi les départements comme le Lot, échappent à la pandémie? "On reste plutôt bien confiné", nous souffle une habitante. Il est vrai qu’il est plus facile de rester chez soi lorsqu'on dispose, comme c’est plus souvent le cas dans ces départements ruraux, d’un jardin et d’une maison avec une plus grande surface, à la différence des petits appartements parisiens

"Il y a une population moins dense, c’est très étendu", avance une seconde Cadurcienne. Une hypothèse également avancée par le maire de Cahors, Jean-Marc Vayssouze-Faure:

"Il y a moins de monde, donc moins de rencontres, moins d’échanges, donc lorsque la contamination se fait, elle est bien plus restreinte que sur d’autres territoires".

Ce que confirme au Parisien l'épidémiologiste Mircea Sofonea, maître de conférences à l'université de Montpellier: "La dynamique épidémiologique y est, par nature, moins importante".

Une faible production d'anticorps

Mais les autorités n’ont pas l’intention de crier victoire trop vite. Prudentes, elles vont organiser ces prochains jours un important dépistage dans les Ehpad du département. Car dans ces territoires moins touchés, la population a également peu produit d’anticorps. Les habitants pourraient alors être touchés de plein fouet en cas de nouvelle vague de contaminations:

"Comme peu de personnes ont été en contact avec le virus, la population sera plus naïve biologiquement (autrement dit, moins immunisée, ndlr)", prévient Mircea Sofonea.
Esther Paolini