BFMTV

Une femme de 85 ans expulsée de son logement à Paris

L'association Droit Au Logement a alerté sur la situation de cette retraitée.

L'association Droit Au Logement a alerté sur la situation de cette retraitée. - AFP

Nadine, une retraitée de 85 ans, locataire d'un appartement dans le 19e arrondissement de Paris s'est retrouvée à la rue il y a une semaine. Une expulsion causée par des dettes importantes.

Voisins et associations se mobilisent. Nadine Z., 85 ans, a été expulsée le 12 juillet dernier de son logement dans le 19e arrondissement de Paris. Si une solution d'hébergement temporaire lui a été proposée, la retraitée, qui refuse de se rendre à l'hôtel, a été accueillie dans un local associatif après une nuit passée à l'hôpital. Une situation qui découlerait de plusieurs années de dettes.

Voilà 30 ans que Nicole Z. habite quai de la Loire dans le 19e arrondissement de Paris. Fille de résistant, auteure de plusieurs livres de psychologie, elle a été, dans sa jeunesse, l'assistante du prix Nobel de chimie, Frédéric Joliot-Curie. Figure du quartier, elle a vendu il y a une dizaine d'années son appartement mais a contracté un "bail à vie" avec le nouveau propriétaire pour un loyer modéré.

"J'aimerais bien rentrer chez moi"

Au fil des ans, les ennuis se sont accumulés, les dettes avec. Selon l'association Droit Au Logement (DAL), la retraitée, placée sous tutelle, a été assignée au tribunal d'instance en 2014 pour une dette de 4.000 euros de loyers impayés. "Manifestement elle ne se défend pas", déplore le collectif qui avance comme raison probable un manque d'information envers la vieille dame. Trois ans plus tard, la situation n'est donc pas résolue et Nicole Z. a vu policiers et huissiers débarquer chez elle la semaine dernière.

"Hier, on m'a fait sortir de chez moi pour me prendre mon appartement", explique-t-elle dans une vidéo filmée par l'un de ses voisins. "Depuis je n'ai pas pu rentrer chez moi et j'aimerais bien rentrer chez moi."

Ce jour-là, la retraitée était sortie de chez elle quand les huissiers sont venus procéder à son expulsion. Quand elle est rentrée, les serrures avaient été changées. Une solution d'hébergement temporaire lui a été proposée mais la vieille dame refuse d'aller à l'hôtel. Elle a donc été accueillie dans un local associatif où elle a passée plusieurs nuits. Mercredi, elle a été hospitalisée en urgence et a passé la nuit à l'hôtel Lariboisière. Mais chaque jour, elle vient s'asseoir sur les marches de son immeuble.

"Je ne sais plus où sont mes affaires, mes sous", confie-t-elle dans cette vidéo.

"Cette dame aurait dû être aidée face à la dette, maintenue dans son logement, et accompagnée comme de nombreuses personnes âgées en perte progressive d’autonomie", déplore le DAL sur tout que la situation de Nicole Z. n'aurait rien d'un cas particulier. Le collectif assure constater de plus en plus d'expulsions de personnes âgées en période estivale.En 2016, les expulsions locatives ont atteint le chiffre de 15.200 mais "le mois de juillet est le pic annuel des expulsions locatives", explique l'association dans un communiqué.

Justine Chevalier