BFMTV

Pourquoi ils refusent le logement qu'on leur offre

-

- - -

Près d'une personne sur 5 qui fait valoir son droit au logement opposable (DALO), refuse la proposition de relogement qui lui est faite. Explications.

23% des demandeurs du Droit au Logement Opposable (DALO) ont décliné l'offre de logement qui leur avait été faite. C'est le chiffre constaté au 31 octobre dernier par le comité de suivi de la loi DALO. Pourtant, la loi DALO prévoit une seule offre par foyer. En cas de refus, il faut tout recommencer à zéro et reconstituer un dossier. Un chiffre qui « surprend » Christine Boutin. La ministre du Logement et de la Ville, visiblement embêtée face à cette situation « pas si simple », constate « qu'il y a des contraintes de déplacement, de travail... ». Elle invite par ailleurs les demandeurs du DALO à « comprendre que les logements ne répondent pas toujours à leur absolu. »

« L'appartement me convenait parfaitement, mais.... »

Si ces personnes qui attendent un logement décent depuis parfois plusieurs années déclinent l'offre qui leur est faite, c'est en effet principalement pour des questions de transports, d'éloignement du lieu de travail, de l'école des enfants... C'est le cas de Monsieur Koné, qui vit en France depuis 10 ans. Il est chauffeur routier et travaille à Paris-Bercy. Pour sa femme enceinte et leurs 2 enfants, on lui a proposé un F3 à Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis. « L'appartement me convenait parfaitement, explique-t-il. Mais le problème, c'est que je commence à travailler à 5h du matin, je n'ai pas de voiture et la première navette est à 6h42. Et quand j'ai dit à l'assistante sociale que j'allais démissionner et chercher un autre boulot pour pouvoir prendre cet appartement, elle m'a dit "non, surtout ne démissionnez pas !" »

La rédaction, avec Fabien Crombé