BFMTV

Eric Raoult : "Le logement social se fait avec du ciment, pas des slogans"

-

- - -

Le maire UMP du Raincy réagit aux propositions de Cécile Duflot de durcir la loi SRU. Pour lui, menacer les maires avec des quotas ne suffira pas à créer 150 000 logements sociaux.

La SRU est-elle l’outil adéquat pour lutter contre le mal-logement ?

Ce n’est pas qu’il n’est pas adéquat, c’est qu’il faut une palette aider les maires et sensibiliser la population. Ce n’est pas parce qu’on aura multiplié par cinq les pénalités qu’on aura coulé du béton pour créer ces logements. Le logement social se fait avec du ciment, pas des slogans. Sur le papier, on peut dire qu’on va créer 150.000, même 200.000 habitations. On peut aussi dire qu’on va couper les testicules des maires récalcitrants, mais cela ne construira pas ces logements pour autant.

Il est temps de sortir de la campagne électorale, et ça, Cécile Duflot ne l’a pas encore bien compris. Le logement est un dossier qui se travaille entre un Etat et une mairie, sans cela, on ne peut rien faire.

Dans ma ville, Le Raincy, j’avais 200 logements sociaux, je suis maintenant à plus de 300. Mais j’ai encore beaucoup de marge pour atteindre les 25%. Pourtant, j’ai mis en place une disposition pour que tout nouveau groupe d’immeubles comprenne 25% de logement social. Seulement, rattraper le retarsd prends du temps. Je suis le moins pauvre des pauvres mais cela ne fait pas de moi un riche, mon territoire est morcelé.

Si c’est pour nous montrer du doigt, ça ne passe pas. Si c’est pour nous aider, d’accord, mais on ne pourra pas raser des pavillons pour faire des HLM. On n’est pas sous les khmers rouges, ici. On est dans une balnieue où il y a des gens dans la difficulté.

Comment réagissez-vous quand vous entendez la ministre parler "d’affronter" les élus qui ne respectent pas le quota légal ?

Il n’y a pas d’un côté les gentils de gauche et les mauvais de droite. Cette vision est un quelque peu simpliste.

Moi je préfèrerais faire des logements avec elle, pas la guerre. Il faut qu’elle sache que les maires recalcitrants, il n’ont pas été nommés. Ils ont été élus par la population. Les gens ne sont pas tous nés dans ma commune, ils sont parfois partis d’une ville où il y a trop de logements sociaux pour venir dans ma commune.

La verité, c’est qu’on est tiraillés : la population nous dit “Vous nous cassez les pieds avec cette histoire de logements sociaux ! On est prêts à payer plus d’impôts mais on n’en veut pas !” C’est qu’il y a de tout, dans les logements sociaux.

Pour ma part, je n’ai pas éternellement été maire de cette commune. Je rattrape le retard des années passés et entre 2000 et et 2012, on a doublé le nombre de logements sociaux.

Que l’Etat cède plus facilement des terrains ne résoud-il pas une partie du problème ?

Oui, bien sûr, la cession. Moi j’ai une ancienne caserne de gendarmerie sur ma commune. L’Etat ne me l’a jamais proposée depuis trois ans. Je veux dire ce soir dire à Madame Duflot que cette caserne de gendarmerie, je souhaite l’avoir pour un franc symbolique. On verra bien ce qui va se passer.