BFMTV

Licencié parce qu’il refusait de couper l’eau, il demande sa réintégration

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Un ancien salarié de Veolia comparait ce jeudi devant les prud'hommes, à Avignon. Il a engagé une procédure contre le géant de l'énergie. Il demande sa réintégration.

Licencié parce qu’il refusait de couper l’eau. Un ancien salarié de Veolia comparaît aujourd'hui devant les prud'hommes, à Avignon. Il a engagé une procédure contre le géant de l'énergie. Il demande sa réintégration.

Après 20 ans de service, cet ancien chargé de clientèle a été licencié l'an dernier. Sa faute: avoir refusé de couper l'eau à des milliers d'usagers démunis.

"Quand vous allez chez les gens, et que vous voyez leur situation: des frigos vides, des enfants qui pleurent parce qu’on vient leur couper l’eau…", témoigne-t-il. "Ce n’était pas forcément des grosses dettes, quelques centaines d’euros. Ca me posait problème, car j’ai connu ce genre de situation. Vous croyez que tous les gens déposent des dossiers à l’assistance sociale quand ils ont des problèmes".

Les personnes dans le besoin "peuvent convenir d'un échéancier"

En France, la loi prévoit en effet que les factures d’eau des personnes démunies sont prises en charge par les organismes sociaux. Le directeur régional Veolia eau, Bruno Chaloin se défend d’agir sans discernement.

"Il peut y avoir des personnes, non identifiés par les services sociaux, à qui on est amené à couper l’eau", explique-t-il. "Mais dès qu’elles prennent contact avec nos services, elles peuvent convenir d’un échéancier. Et nous les mettons en contact avec l’assistance sociale qui prend en charge leurs dossiers."

La rédaction avec Lionel Dian