BFMTV

Létard : « La journée de solidarité ne sert pas à combler le trou de la sécu »

-

- - -

Valérie Létard, secrétaire d’Etat à la Solidarité, a évoqué le lundi de pentecôte et la journée de solidarité.

Jean-Jacques Bourdin : Parlons de la journée Solidarité, ce fameux lundi de pentecôte, ou une autre journée dans l'année d'ailleurs ; seuls les salariés sont concernés ?

Valérie Létard : Oui, du public et du privé. Ensuite, toutes les familles seront concernées par le cinquième risque dépendance.

Jean-Jacques Bourdin: Ca a rapporté 2 milliards et 200 millions d'euros à peu près c'est ca ?

Valérie Létard : 2,2 milliards d'euros en 2007.

Jean-Jacques Bourdin: Cet argent va où ?

Valérie Létard : Cet argent de la journée de solidarité, pour s'assurer qu'il n'y ait pas cet effet vignette qu'on a eu, c'est-à-dire une dilution de l'argent, on l'envoie dans une caisse qui a été créée à cet effet, qui s'appelle la caisse nationale de solidarité autonomie. Cette caisse récupère l'argent de l'assurance maladie qui sert à la dépendance des personnes âgées, plus l'argent de cette journée de solidarité. Ce qui nous fait un budget pour les personnes âgées dépendantes, de 6,7 milliards d'euros. Il était de 4,3 en 2005, c'est-à-dire que l'addition des deux n'est pas négative puisqu'elle a augmenté de plus de 2 milliards. On voit bien que l'effort de la journée de solidarité est là, il n'est pas là pour combler le trou de la Sécu.

Jean-Jacques Bourdin: Ca va aussi pour les handicapés ?

Valérie Létard : Tout à fait.

La rédaction-Bourdin & Co