BFMTV

Les trois employés accusés d’espionnage seront réintégrés

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, dans le 20h de TF1 lundi 14 mars.

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, dans le 20h de TF1 lundi 14 mars. - -

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a officiellement disculpé lundi soir les trois salariés soupçonnés d'espionnage au sein de la marque. Une réintégration et une indemnisation leur seront proposées.

C’est désormais officiel. Renault n’a pas été victime d’espionnage du fait de trois de ses salariés, mais probablement d’une manipulation. Le constructeur automobile innocente publiquement les cadres licenciés début janvier et leur promet réparation. C’est le PDG du constructeur, Carlos Ghosn, qui est venu lui-même s’expliquer sur le plateau de TF1 hier soir. Outre la réintégration et une proposition d’indemnisation, le patron de Renault a annoncé qu’il renonçait à ses bonus pour l’année 2010 (1.6 million d’euros), ainsi qu’à tout bénéfice de stock-options pour 2011. Une mesure qui s’appliquera également au numéro deux de la marque, Patrick Pélata, et à tous les dirigeants du groupe concernés par l’affaire. Plus tôt dans la journée, le procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin, a annoncé que l'affaire s'oriente désormais vers une « possible escroquerie au renseignement », aucune preuve d’espionnage ni de supposés comptes en Suisse ni au Lichtenstein.