BFMTV

Les professeurs peu convaincus par les recommandations du ministère de l'Éducation pour la canicule

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Pascal Pavani - AFP

Le syndicat Snuipp-FSU estime notamment que le bâti des établissements scolaires ne permet souvent pas de répondre aux conséquences de la canicule.

"Gardez les enfants dans une ambiance fraîche", "vérifiez la fonctionnalité ou l'installation de stores ou de volets", "étudier les possibilités de limiter les entrées de chaleur dans les salles", "disposer d'un thermomètre par salle", "distribuer régulièrement de l'eau à température ambiante"... Le ministère de l'Éducation a envoyé aux établissements scolaires de nombreuses consignes visant à protéger au mieux les élèves de la canicule cette semaine

La rue de Grenelle recommande également aux professeurs et personnels des écoles, collèges et lycées d'être "attentifs à tout signe tels qu'une grande faiblesse, des étourdissements, des vertiges".

Des consignes parfois difficiles à appliquer

Mais cette série de recommandations a suscité le scepticisme des enseignants.

"Gardez les enfants dans une ambiance fraîche? Comment faire quand il n'y a ni rideaux, ni cour ombragée ou isolation?", s'interroge lundi le Snuipp-FSU, premier syndicat chez les enseignants des écoles maternelles et élémentaires.

"Dans bien des cas, le bâti ne permet pas de répondre" aux conséquences de la canicule, ajoute l'organisation, qui liste quelques-uns des manquements: absence de volets ou de stores, notamment sur les baies vitrées, locaux mal isolés, points d'eau insuffisants ou trop loin des salles de classes, cours de récréation sans ombre, absence de climatisation ou de brumisateur...

Le Snuipp-FSU recommande de "s'atteler sérieusement à une adaptation du bâti scolaire existant et du cahier des charges pour constructions d'écoles pour prendre en compte les conditions climatiques qui vont être de plus en plus fréquentes" en raison du réchauffement climatique.

Vers un report des épreuves du brevet?

La FCPE, première fédération de parents d'élèves, demande de son côté aux autorités la permission de "libérer les jeunes plus tôt dans la journée, voire de fermer les écoles et les collèges le temps de la canicule et des pics de pollution".

Sur l'antenne de BFMTV, Claire Krepper, enseignante et secrétaire nationale sur syndicat se-unsa, a quant à elle évoqué un report des épreuves du brevet des collèges, censées avoir lieu jeudi et vendredi prochain, jours annoncés comme les plus chauds de la semaine.

Mais pour le moment, le ministère de l'Éducation n'a pas donné de consigne de fermetures d'établissements scolaires ou de report des épreuves du brevet des collèges.

Lundi, les fortes chaleurs (entre 35°C et 38°C) séviront entre Loire et vallées du Massif Central, la vallée du Rhône et l'arrière-pays provençal, pour gagner mardi le nord-est, avant de s'étendre entre mercredi et jeudi sur une grande partie de l'ouest du pays.

"Ilots de chaleur", les grandes villes telles que Paris et Lyon souffriront particulièrement, pour cause de sols bétonnés, du manque d'arbres et des activités humaines importantes.

Juliette Mitoyen avec AFP