BFMTV

Les hommes seuls, victimes silencieuses de la pauvreté, selon le Secours catholique

Beaucoup d'hommes seuls accueillis par le Secours catholique ont des difficultés de logement. (Photo d'illustration)

Beaucoup d'hommes seuls accueillis par le Secours catholique ont des difficultés de logement. (Photo d'illustration) - Jacques Demarthon - AFP

Le Secours catholique publie ce jeudi son rapport annuel et donne un panorama de la pauvreté en France. Les hommes seuls, souvent oubliés sont parmi la population la plus vulnérable.

Si les femmes et les familles monoparentales sont souvent prises en exemple pour sensibiliser à la pauvreté, les hommes seuls sont aussi concernés. C'est justement ce que cherche à montrer le Secours catholique qui, dans son rapport statistique annuel publié jeudi, met en avant la précarité des hommes seuls.

Hommes entre 25 et 39 ans, habitant les grandes villes

Ils représentent un quart des ménages accueillis par l’organisation caritative, et constituent une population fragile et silencieuse face à la pauvreté."Ils subissent les opinions communément répandues, détaille le rapport: un homme doit s’en sortir seul, il doit être fort, demander de l’aide est une faiblesse".

Le profil de ces hommes? Ils ont majoritairement entre 25 et 39 ans, viennent plutôt des grandes villes et sont sans emploi.

437 euros par mois

Le chiffre révélateur de cette situation est celui du niveau de vie. Parmi les ménages accueillis par le Secours catholique en 2013, les hommes seuls sont ceux qui ont le niveau de vie le plus bas: 515 euros mensuels pour la moyenne des ménages accueillis, 437 euros pour les hommes seuls, soit moins de 15 euros par jour.

En ce qui concerne les hommes seuls et étrangers, le chiffre est encore plus alarmant avec 166 euros mensuels, environ 5 euro par jour. Pourtant, les hommes seuls accueillis par le Secours catholique expriment moins un besoin d'aide alimentaire que d'écoute et d'aide dans des démarches administratives.

Un squat pour logement

Parmi les difficultés supplémentaires pour les hommes seuls: l’accès au logement. Ils sont trois fois plus nombreux à vivre dans des squats, des abris de fortune ou à la rue que le reste des ménages. Et l’hébergement d’urgence leur est moins ouvert, notamment parce que la priorité est donnée aux femmes et aux familles. Le Secours catholique rappelle que disposer d’une adresse et d’un logement est l’une des clés pour sortir de la précarité.

Carole Blanchard