BFMTV

Les Français regardent de moins en moins la télévision

-

- - Flickr - CC Commons - Sari Montag

Avec la multiplication des écrans et l'essor des plateformes de vidéo à la demande, les Français, et pas uniquement les plus jeunes, se détournent de plus en plus du petit écran.

En France, la télévision continue son inexorable repli. En un an, la durée d'écoute des téléspectateurs français a perdu 18 minutes, pour passer à 3h18 d'écoute quotidienne, d'après les chiffres de Publicis Médias et Médiamétrie.

Médiamétrie précise aussi que depuis le début de l'année, les audiences de la télévision ont reculé de 3%, alors qu'elles était quasiment à l'équilibre en 2016 et 2017, à -0,4%. Entre 2012 et 2015, en revanche, cette baisse était déjà amorcée.

Un désintérêt progressif des 25-49 ans

Sans surprise, la jeune génération est la première à se détourner du petit écran. Le nombre de 15-24 ans qui regardent la télévision a baissé de 11,8% cette année et, dans une moindre mesure, les 25-34 ans et les 35-49 ans s'en détournent aussi peu à peu

Or "jusqu'à présent, la télévision avait relativement bien résisté pour ces dernières tranches d'âge", s'étonne Philippe Nouchi, expert chez Publicis Media auprès des Echos.

Netflix, fossoyeur de la télévision?

L'essor de la vidéo à la demande, et notamment l'arrivée de la plateforme Netflix dans l'Hexagone, peut expliquer ce phénomène. 

"On est encore loin de la mort de la télévision" explique Philippe Nouchi. "Mais on constate clairement un effet Netflix. La télévision avait bien résisté à la montée en puissance de la vidéo sur Internet avec YouTube, mais, avec la SVoD, la concurrence est plus rude, compte tenu de la qualité de l'offre."

Le temps passé devant les écrans est également tributaire de la météo, précise Benoît Cassaigne au journal Les Echos. Le beau temps n'incite pas forcement les gens à rester enfermés chez eux, devant leurs postes de télévision.

Le directeur général délégué de Médiamétrie souligne aussi que cette baisse ne prend pas en compte la multiplication des écrans de type tablettes et autres smartphones, qui compteraient pourtant pour une dizaine de minutes supplémentaires dans le temps d'écoute.

Mais pour l'instant, les revenus publicitaires n'en pâtissent pas. "La puissance de la télévision est inégalée" estime Philippe Nouchi. "L'attractivité de ce 'mass media' reste forte, avec des taux de remplissage très élevés, si bien qu'au final, la minute par téléspectateur se vendra plus cher".

Jeanne Bulant