BFMTV

Les flammes ravagent la frontière franco-espagnole

-

- - -

Un important incendie fait rage depuis dimanche près du village du Perthus (Pyrénées-Orientales) à la frontière entre l'Espagne et la France et a déjà fait 4 morts. « L’incendie est absolument incontrôlé », confient certains frontaliers.

Un important incendie s'est déclaré dimanche dans les Pyrénées-Orientales. De nombreux vacanciers ont dû être évacués. Depuis ce lundi matin, l'autoroute A9 qui relie Perpignan à la Catalogne espagnole est régulièrement ouverte puis fermée à la circulation, selon la progression du feu. La D900, elle, a été rouverte pour de bon à la circulation. L’incendie qui ravage le département a été maitrisé côté français après avoir touché 250 hectares de forêt. De l’autre côté de la frontière, la situation est beaucoup plus délicate. Les pompiers ne parviennent pas à maîtriser le feu, le vent fort qui souffle complique fortement leur tâche. Déjà plusieurs milliers d’hectares sont partis en fumée. Trois cents pompiers et six bombardiers d'eau français participaient ce lundi à la mi-journée avec leurs homologues espagnols à la lutte contre le gigantesque incendie. Un second feu a également pris à 25 km de Perthus, sur la côte espagnole, à Portbou. Le bilan est très lourd : un homme et sa fille de 15 ans ont été tués après avoir sauté d'une falaise pour échapper aux flammes. Une troisième personne, âgée de 75 ans, a succombé à une crise cardiaque. Une quatrième personne de 64 ans a succombé ce lundi à ses blessures. Les 4 victimes sont des Français. On compte également une vingtaine de blessés.

« Une tournure catastrophique côté espagnol »

Le Colonel Christophe Landrieau est responsable du Codis-66 (Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours). Selon lui, l'incendie était fixé côté français hier en fin de journée : « De notre côté, nous avons le fort de Bellegarde qui a dû être évacué. La commune du Perthus qui est traversée par de nombreux vacanciers a été évacuée aussi. L’autoroute A9 et la départementale 900 ont été fermées [elles sont désormais rouvertes, ndlr]. Côté français, le feu a été maîtrisé mais côté espagnol, le feu a pris une tournure catastrophique puisque les Espagnols annoncent des milliers d’hectares sinistrés ».

« L’incendie est absolument incontrôlé »

Mathilde est une habitante des environs de Figueras, une ville de 50 000 personnes où pourrait arriver l'incendie. Pour elle, c’est une situation de panique qui s’installe : « L’incendie est absolument incontrôlé, les pompiers sont débordés. La tramontane souffle entre 50km/h et 70km/h et le feu s’approche de Figueras. Il a déjà brulé des milliers d’hectares. Et la situation est critique près de Jonquera. Il y a 8 villages dans lesquels on a demandé aux habitants de ne pas quitter leur maison ».

« Ils se sont jetés vers la mer, ils sont morts »

Mariana Brualla a 54 ans. C'est la directrice de l'hôtel Comodoro à Portbou, une ville espagnole à la frontière française au nord de la Catalogne où l'incendie sévit. Elle n’a jamais vu une telle panique à cause d’un incendie : « Il y a un monsieur de 74 ans et une fillette de 15 ans qui se sont fait attraper par le feu, ils se sont jetés vers la mer, il y avait des rochers, ils sont morts. Il y a beaucoup de gens qui sont descendus à pied par la montagne. Ils ont vu le feu à côté de leur voiture donc ils sont descendus avec leurs enfants, mais beaucoup se sont fait mal. Juste devant notre hôtel, il y a un point d’accueil, c’est plein de monde. On les aide, on leur donne tout ce qu’on peut, de l’eau, des couvertures. C’est chaotique. J’en ai déjà vécu des feux, mais des paniques comme ça avec des morts... Non, jamais ».

La Rédaction avec Amélie Rosique