Mis à jour le
Lawyers Janine Bonaggiunta (L) and Nathalie Tomasini (R) get ready before the starting of the trial of their client Sylvie Leclerc, charged in the murder of her husband, on March 21, 2016 at the criminal court of Nancy, eastern France. An evening of May 2012, she shot her husband in the thorax with a gun, while he was sleeping in their bed in Jarville-la-Malgrange.
 

Dans leur lettre adressée à François Hollande, dont l'AFP a pu lire des extraits, les trois filles de Jacqueline Sauvage se disent "désespérées" de ne pas avoir leur mère près d'elles, "inquiètes pour son état de santé" et "craignant pour sa vie".

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • pelican38
    pelican38     

    Les juges sont beaucoup plus complaisants avec les multi-récidivistes qui n'ont pas besoin de grâce présidentielle eux, ils aurraient été libérés depuis longtemps ,mais Jaqueline n'a pas un casier judiciaire assez lourd

  • arcanciel
    arcanciel     

    Je suis écœurée de cette justice. Cette pauvre femme a souffert de la maltraitance de son mari et voilà qu'on l'a condamne à rester jusqu'à sa mort en prison et vu son âge j'en pleure.
    Bravo la Justice c'est de mieux en mieux.
    Je suis de tout cœur avec vous ainsi que votre maman courage.
    Arcanciel.

Votre réponse
Postez un commentaire