"Les femmes sont trop taxées au quotidien", dénonce le collectif Georgette Sand

Mis à jour le
Le collectif Georgette Sand demande à l'Etat d'être exemplaire avec un abaissement de la TVA sur les protections périodiques.
 

Le collectif Georgette Sand est reçu vendredi au ministère des Finances et des Comptes publics pour présenter ses revendications au sujet de ce qu'il appelle la "taxe rose". Les protections périodiques ne sont pas considérées comme des produits de première nécessité, et sont donc plus taxés que les confiseries, les plats préparés ou encore les sodas. 

Votre opinion

Postez un commentaire