BFMTV

Les artisans relancent le mouvement des "sacrifiés"

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

L'UPA (organisation patronale des artisans et commerçants de France) a lancé mardi une nouvelle opération visant à dénoncer le "gâchis insupportable" que créerait le gouvernement en restant sourd à ses difficultés.

Ils sont de retour. L'UPA avait déjà lancé cet automne une première campagne autour du slogan "sacrifiés mais pas résignés", afin d'alerter sur la crise que vivent de nombreux commerçants et artisans. L'organisation patronale des artisans et commerçants de France a relancé mardi son mouvement.

Depuis cette date, ils estiment que 40.000 emplois ont disparu dans l'artisanat, 14.000 entreprises ont dû fermer. Ce mouvement se manifeste pour le moment par une pétition signée par plus de 900.000 personnes. Pour Jean-Pierre Clouzet, président de l'UPA, "c'est un gâchis insupportable, on pourrait presque parler de non-assistance à personne en danger".

"Mépris" du gouvernement

L'UPA dénonce un "mépris" de la part du gouvernement, regrettant que le président de la République n'ait, pour l'heure, "rien montré (les) concernant". "Il y a véritablement un ras-le-bol. Si rien n'est fait, on va continuer à perdre des entreprises, à perdre et surtout face au pacte de responsabilité que le président de la République nous propose, on va avoir des difficultés pour tenir des objectifs qui sont la création d'emplois", a estimé Patrick Liébus, vice-président de l'UPA au micro d'RMC.

Les organisateurs ne veulent pour le moment créer aucune manifestation, aucune violence, mais ne veulent pas se laisser faire. "Faut-il casser pour être entendu? Nous ne sommes pas favorables à la violence mais il y a un sentiment de ras-le-bol dans la base, nous sommes au bord de la révolte, il faut en avoir conscience", s'est interrogé Jean-Pierre Clouzet.

La rédaction