Des gilets jaunes, à Frontignan dans l'Hérault, le 3 décembre.
 

Les porte-paroles jugent les mesures du Premier ministre décevantes. Ils regrettent également une forme de mépris de la part d'Emmanuel Macron.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire