BFMTV

Les 30 000 femmes porteuses devraient se faire opérer

-

- - -

La direction générale de la santé s'apprête à demander aux 30 000 femmes porteuses de prothèses mammaires défectueuses PIP de se les faire enlever.

Le ministère de la santé s'apprête à prendre une décision radicale en faveur des femmes porteuses des prothèses défectueuses PIP. Selon Libération, il va être demandé avant la fin de la semaine à ces 30 000 femmes de se faire opérer pour que leur soit retirées ces poches de silicone potentiellement dangereuses, car contenant du silicone industriel, et non pas médical.

Retrouver toutes les femmes concernées

Comment cette opération pourrait se dérouler ? Cela pourrait se décider vendredi lors d'une réunion des autorités médicales. C'est un vaste plan d'accompagnement des victimes qu'il faut mettre en place : 30 000 prothèses à enlever, c'est du jamais vu. Première difficulté : retrouver toutes les femmes concernées, dont certaines ne sont même pas au courant qu'elles portent des prothèses défectueuses. Deuxième difficulté, le financement : l'Assurance maladie prendra en charge le cout du retrait des prothèses défectueuses, mais pas celui de la pose des nouvelles prothèses. Difficile à avaler pour ces femmes, qui vont devoir sortir entre 3000 et 8 000 euros de leur poche.