hopital
 

Contrairement à ce qu'il avait avancé la veille, le syndicat des gynécologues obstétriciens de France a annoncé ce jeudi qu'il "n'arrêterait pas de pratiquer des IVG" dans le but de pousser le gouvernement à agir en faveur de 15 médecins condamnés à de lourds dommages et intérêts. Il assure qu'il ne s'agissait que d'une "fausse polémique". 

Votre opinion

Postez un commentaire