BFMTV

Le ministère du Travail recommande l'emploi de l'écriture inclusive en entreprise

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - Johannes Eisele-AFP

Alors que le sujet divise, le ministère du Travail recommande dans un guide à destination des PME et TPE d'employer l'écriture inclusive afin de lutter contre les discriminations et les inégalités entre les hommes et les femmes.

Une voix officielle en faveur de l'écriture inclusive. Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, et Marlène Schiappa, la secrétaire d'État en charge de l'Égalité entre les femmes et les hommes, ont présenté mardi le guide "égalité femmes-hommes. Mon entreprise s'engage" destiné à "lever les freins liés aux stéréotypes" et "favoriser le développement d'actions en faveur de l'égalité professionnelle" dans les PME et TPE. Parmi les bonnes pratiques préconisées: l'écriture inclusive.

"Droits humains" contre "droits de l'homme"

L'écriture inclusive propose d'assurer une égalité de représentation entre les deux sexes dans la langue française. Il s'agit ainsi d'accorder les métiers, titres et fonctions avec le genre féminin, du type "madame la députée". Mais aussi d'utiliser le féminin et le masculin lorsque l'on s'adresse aux deux genres, comme "citoyennes et citoyens". Ou encore d'employer des termes neutres, à l'exemple de "droits humains" au lieu de "droits de l'homme". Et enfin de faire apparaître le féminin en plaçant un point avant l'accord, appelé le point médian.

Comme le rappelle Le Monde, Raphaël Haddad, auteur d'un manuel d'écriture inclusive en ligne, indique que c'est "l'ensemble d'attentions graphiques et syntaxiques permettant d'assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes".

"Usez du féminin et du masculin dans vos discours, à l'oral comme à l'écrit, chaque fois que vous parlez de personnes pour que chacun et chacune puisse se sentir concerné.e par votre message, indique le guide du ministère. Par exemple, dites 'les clientes et les clients', 'les agentes et les agents du bâtiment', etc. Par écrit vous pouvez simplifier: les client.e.s, les agent.e.s, les professionnel.le.s."

Éliminer "toutes les expressions sexistes"

Autre recommandation: éliminer "toutes les expressions sexistes telles que: chef de famille, mademoiselle, nom de jeune fille, nom d'épouse (...) Monsieur et madame suffisent". Le document, coordonné par le Laboratoire de l'égalité, conseille également d'accorder les noms de métiers, titres, grades et fonctions "avec le sexe des personnes qui les occupent".

Un guide nécessaire, selon Marlène Schiappa. "80% des entreprises qui ont été sanctionnées pour non respect de leurs obligations en matière d'égalité professionnelle sont des PME", a souligné la secrétaire d'État. "Ça peut être par manque de moyens, de connaissance de ce sujet ou de ressources humaines."

"L'égalité salariale existe dans le droit depuis quarante-cinq ans" et pourtant il y a encore aujourd'hui "9% d'écart de salaires à travail égal" entre les femmes et les hommes, a tenu à rappeler Muriel Pénicaud lors de la présentation du guide. Les femmes représentent 42% des cadres mais occupent seulement 17% des postes de direction, a-t-elle ajouté.

"Enlaidissement" contre "société égalitaire"

Depuis la publication par Hatier d'un manuel scolaire à destination des CE2 en écriture inclusive, le sujet divise. Pour certains, cela rend l'écriture incompréhensible. C'est une "agression de la syntaxe par l'égalitarisme", pour le philosophe Raphaël Enthoven. Un "charabia illisible", pour Michael Edwards, membre de l'Académie française, qui provoque "un enlaidissement de la langue". Mais pour d'autres, l'écriture inclusive est une nécessité dans la bataille pour l'égalité.

"Pendant 150 ans, les femmes n'ont pas eu le droit de vote. On considérait qu'elles étaient représentées par leur père, leur frère, témoigne pour Ouest France Éliane Viennot, professeure émérite de littérature française. Or, on a fini par admettre que la représentation politique devait être mixte. La représentation linguistique doit l'être aussi. Si on veut aller vers une société égalitaire, notre langage doit changer."

Inacceptable selon elle que l'on "continue d'apprendre à des enfants de 7 ans que le masculin l'emporte sur le féminin". "On ne peut continuer de considérer que le masculin suffit pour parler des deux sexes." Depuis 2015, le Haut Conseil à l'égalité recommande l'écriture inclusive dans son "Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe" afin que "les femmes comme les hommes soient inclus.e.s, se sentent représenté.e.s et s'identifient".

Céline Hussonnois-Alaya