BFMTV

Le journaliste Roger Auque, ex-otage au Liban, est mort

Roger Auque, en mai 2005.

Roger Auque, en mai 2005. - Pierre Verdy - AFP

Le journaliste et diplomate Roger Auque, 58 ans, ex-otage au Liban, est mort lundi, a annoncé son entourage.

Le journaliste Roger Auque, ancien otage au Liban devenu diplomate est mort lundi, des suites d'un cancer.

Correspondant de guerre au Liban, il avait été enlevé par le Hezbollah en janvier 1987 avant d'être libéré le 27 novembre suivant, en même temps que son confrère Jean-Louis Normandin."Nous nous sommes rencontrés dans le coffre d'une voiture le soir de notre libération", confie ce dernier, ému, joint par BFMTV.

"Un vrai passionné du journalisme"

Un autre ex-otage au Liban, Philippe Rochot, grand reporter à France 2, salue "un passionné du reportage, puisqu'après sa libération, il a continué", explique-t-il sur BFMTV. "Il est même retourné plusieurs fois au Liban, et il a couvert, aussi les suites de la guerre d'Irak. Il était un vrai passionné du journalisme".

Longtemps, son visage a tourné en boucle dans les journaux télévisés. Dans cette archive INA du 14 avril 1987, le père de Roger Auque lance un appel poignant à la libération de son fils dans le journal de Bernard Rapp sur Antenne 2:

Obsèques vendredi

Il avait été nommé en décembre 2009 par le président Nicolas Sarkozy ambassadeur de France en Erythrée, poste qu'il a occupé jusqu'en août 2012 quand il a dû être rapatrié en France en raison de ses ennuis de santé.

Les obsèques de Roger Auque auront lieu vendredi à 10h30 en l'église Saint-Germain-des-Prés, à Paris, a précisé un proche, l'ancien député UMP Jean-Pierre Grand.

Né le 11 janvier 1956 à Roubaix, dans le Nord, d'un père gaulliste et d'une mère communiste, il a été journaliste et grand reporter dans plusieurs médias (RTL, La Croix, Paris Match, Le Figaro Magazine, Radio-Canada...).

Il avait été élu en 2008 conseiller municipal du IXe arrondissement de Paris sur la liste UMP.

M. R. et C. P. avec AFP