BFMTV

Le faux architecte avait exercé pendant 30 ans

Le tribunal de Versailles.

Le tribunal de Versailles. - Capture d'écran - Google Street View

Philippe Leblanc a exercé le métier d'architecte pendant près de 30 ans, alors qu'il n'a jamais eu le diplôme. La justice a requis trois ans de prison, dont deux avec sursis, à son encontre. Le jugement est attendu ce lundi.

Tout comme Le Corbusier, Philippe Leblanc a exercé pendant 30 ans le métier d'architecte… sans être diplômé. Le tribunal correctionnel de Versailles rend, ce lundi, son jugement dans le procès de cet homme qui a fait croire qu'il était architecte pendant des années, construisant, malgré tout, des HLM, des écoles, des crèches, et une polyclinique.

La justice lui reproche des faits non prescrits d'escroquerie et d'usurpation de diplôme de 2009 à 2013 et d'avoir illégalement répondu à des marchés publics sur cette période, pour un montant d'honoraires de 926.000 euros. Le ministère public avait requis, en juin, trois ans de prison, dont deux avec sursis, et son exclusion pendant deux ans des marchés publics.

Enchaîné par son mensonge

Sans son précieux diplôme, Philippe Leblanc n'était donc pas inscrit à l'ordre des architectes, même s'il s'en prévalait sur ses tampons affichant le numéro d'ordre de son beau-frère établi... en Lozère.

Enchaîné par son mensonge, le faux-architecte a réussi pendant 30 ans à construire dans la région de Mantes-la-Jolie (Yvelines), sans éveiller les soupçons, des bâtiments importants, supérieurs à 170 m2, pour lesquels le recours à cette profession réglementée est obligatoire.

Dénoncé par un couple, victime de malfaçons

A 60 ans, et avec une jolie réputation locale derrière lui, il serait encore aux affaires s'il n'avait pas été dénoncé par un couple, une infirmière et un médecin qui se plaignaient de malfaçons. En menant leur enquête, ils avaient découvert que le bâtisseur était inconnu à l'ordre des architectes et avaient porté plainte en 2012.

Philippe Leblanc avait appris le métier alors qu'il était encore étudiant, aux côtés d'un architecte, mais il n'était pas allé jusqu'au diplôme.

"Je savais que j'avais une épée de Damoclès sur la tête. J'ai repoussé, repoussé, et je ne l'ai jamais fait", avait concédé à la barre le prévenu, expliquant s'être trouvé pris "dans l'engrenage du travail".

"Un usurpateur, pas un escroc"

Son travail, plusieurs parties civiles l'avaient jugé "satisfaisant" lors de l'audience. Pour son avocat, Me Pascal Fournier, Philippe Leblanc est peut-être un usurpateur mais pas un escroc. "Tout ce qu'il a fait, il l'a bien fait", avait-il plaidé.

Mais pour ses assureurs, le mensonge était trop dur à avaler car l'architecte leur déclarait une activité d'ingénieur, aux primes d'assurance moins élevées. "Les éventuels sinistres (...) ne seront pas couverts", avait prévenu l'avocat d'un assureur Me Emmanuel Raynaud.

Un mémoire de fin d'études en cours

Philippe Leblanc devait comparaître dans l'été devant un jury pour présenter, à 60 ans, son mémoire de fin d'études.

Jé. M., avec AFP