BFMTV

Le dépeceur de Montréal recherché en France

Des recherches sont menées en France pour savoir si Luka Rocco Magnotta, le jeune Canadien soupçonné d'avoir dépecé un homme et diffusé la vidéo du crime sur internet, pourrait y avoir trouvé refuge. La police française a été informée jeudi que l'homme av

Des recherches sont menées en France pour savoir si Luka Rocco Magnotta, le jeune Canadien soupçonné d'avoir dépecé un homme et diffusé la vidéo du crime sur internet, pourrait y avoir trouvé refuge. La police française a été informée jeudi que l'homme av - -

PARIS/OTTAWA (Reuters) - Des recherches sont menées en France pour savoir si Luka Rocco Magnotta, le jeune Canadien soupçonné d'avoir dépecé un...

PARIS/OTTAWA (Reuters) - Des recherches sont menées en France pour savoir si Luka Rocco Magnotta, le jeune Canadien soupçonné d'avoir dépecé un homme et diffusé la vidéo du crime sur internet, pourrait y avoir trouvé refuge.

La police française a été informée jeudi que l'homme, surnommé "le tueur sadique de Montréal", avait pris un billet d'avion pour Paris, indique-t-on de source policière.

La direction centrale de la police a simplement confirmé avoir reçu un avis de recherche d'Interpol, qui a lancé une notice rouge au nom de Luka Rocco Magnotta, 29 ans.

Le jeune homme, qui n'a pas d'antécédents criminels, est également connu sous les identités d'Eric Clinton Newman et de Vladimir Romanov.

Originaire de l'Ontario, il connaîtrait bien la France pour y avoir séjourné en 2010.

"Nous pensons que Magnotta a quitté le pays", a dit à la presse Ian Lafreniere, porte-parole de la police de Montréal, précisant qu'il aurait quitté son appartement mercredi.

Il a ajouté que le fugitif avait filmé le crime et diffusé la vidéo sur internet.

"Il y a une scène de décapitation et d'autres horreurs inimaginables. Beaucoup de gens ont dû être très choqués par ce qu'ils ont vu", a dit Ian Lafreniere.

La vidéo, apparemment tournée par le suspect, avait été mise en ligne le 25 mai sur un site internet.

Selon Ian Lafreniere, le suspect connaissait sa victime, dont l'identité n'a pas été précisée. Sur la note d'Interpol, trois photos montrent le jeune homme avec des cheveux bruns ou teints en blond, avec de larges lunettes blanches sur le front.

L'affaire a débuté mardi lorsqu'un colis contenant un pied humain a été reçu au siège social du Parti conservateur à Ottawa. Le même jour, une main tranchée empaquetée a été retrouvée au centre de tri de Postes Canada à Ottawa. Le colis était destiné au Parti libéral.

Dans la même journée, le concierge d'un immeuble de Montréal avait découvert un torse d'homme dans une valise abandonnée parmi les ordures.

La police a dit qu'elle pensait que ce torse appartenait à la même victime.

Louise Egan et Gérard Bon, avec Nicolas Bertin, édité par Yves Clarisse