BFMTV

La police "m'a demandé d'arrêter": le DJ amateur s'explique après la fête improvisée à Montmartre 

-

- - -

Samedi, des dizaines de personnes se sont réunies sur une place du 18e arrondissement pour danser alors qu'un DJ passait de la musique à son balcon.

Les images ont provoqué l'indignation de nombreux internautes. Samedi soir, des dizaines de Parisiens ont été filmés en train de danser sur une place du 18e arrondissement, près de Montmartre, au son des platines d'un DJ à son balcon. L'attroupement, bien loin de respecter les règles de distanciation sociale, a provoqué l'intervention de la police.

"La commissaire centrale du 18e est venue à ma porte et m'a demandé d'arrêter, ce que j'ai fait aussitôt. Et d'un coup tout le monde est parti, ça a été radical", raconte à BFMTV Nathan Sebbagh, le DJ amateur à l'origine de cette fête improvisée. 

Sur son compte Twitter, la police nationale avait réagi dimanche indiquant être intervenue pour faire "cesser la musique diffusée par un résident, ayant engendré le regroupement de nombreuses personnes venues danser dans la rue, au mépris des règles de distanciation sociale."

Samedi, ce n'était pas la première fois que Nathan Sebbagh diffusait de la musique à son balcon. Sur son compte Instagram intitulé "Fête aux Balcons", il donne rendez-vous le vendredi soir et samedi soir.

Sur le réseau social, il a par ailleurs expliqué dimanche ne pas avoir voulu créer un rassemblement.

"C’est la première fois qu’il y a autant de monde aux balcons. Donc pour Montmartre, le samedi soir, ça va être fini car je suis dépassé. J’ai la responsabilité qu’il y ait autant de monde sur la place, comme c’est moi qui met la musique. Je ne peux pas prendre cette responsabilité", raconte le DJ amateur. 

Toujours sur Instagram, il a également assuré que les forces de l'ordre lui avaient dit qu'il avait le droit de mettre de la musique "tant que cela reste entre balcons, entre voisins". Il espère désormais pouvoir organiser, dès la fin du confinement et lorsque les rassemblement seront autorisés, "une grosse fête sur la place Constantin Pecqueur", avec l'autorisation de la mairie de Paris. 

Benjamin Rieth