BFMTV

La gendarmerie abandonne la casquette pour le calot

Une casquette de gendarme.

Une casquette de gendarme. - MYCHELE DANIAU / AFP

La casquette de gendarmerie, en dotation depuis 2002, va disparaître du paquetage des gendarmes.

Ras la casquette: la gendarmerie nationale, dotée depuis 2002 de ce couvre-chef dans son uniforme réglementaire, s'apprête à l'abandonner au profit du calot, officiellement appelé "bonnet de police". Selon L'Essor, revue mensuelle consacrée à la gendarmerie, "le port du bonnet de police devient la norme avec les tenues de service". "Le port du bonnet de police est élargi aux tenues de ville qui ne prévoient pas la vareuse", précise la revue.

Au lieu de casquettes, à l'époque dessinées par deux stylistes interviewés par Libération, les plus de 100.000 gendarmes arboreront donc à temps plein le traditionnel calot, porté dans les forces armées depuis le 18e siècle. "Le choix du bonnet de police semble lui rapprocher la Gendarmerie de sa tradition militaire", indique L'Essor, qui nous apprend que "le calot était confectionné à partir d’une coiffe taillée dans la jambe d’un pantalon usagé, et replié sur la tête à la manière d’un bonnet de nuit". Le képi reste quant à lui de rigueur pour les tenues de cérémonie. 

Un bonnet de police, ou calot.
Un bonnet de police, ou calot. © Capture BFMTV
L.N.