BFMTV

La demande de Chantal Sébire rejetée

-

- - -

Constatant l'impasse légale sur la question de l'euthanasie, un juge de Dijon a repoussé la demande de Chantal Sébire.

Les réactions politiques ont été nombreuses après la demande d'euthanasie déposée par Chantal Sébire. Des réactions prudentes, comme celle de Nicolas Sarkozy qui souhaite qu'elle se soumette à un nouvel avis médical. A sa demande, le conseiller santé du Président, le professeur Arnold Munnich, a proposé à Chantal de rencontrer un collège de professionnels de santé, de haut niveau, à l'hôpital Necker. Objectif : s'assurer que toutes les ressources de la médecine sont épuisées.

Mais Chantal Sébire ne pourra pas se rendre à l'hôpital Necker de Paris. Elle est trop faible pour se déplacer. En milieu de semaine prochaine, son médecin traitant, le docteur Emmanuel Debost, va donc rencontrer le professeur Arnold Munnich et un autre spécialiste hospitalier, pour leur remettre le dossier médical de Chantal Sébire.

Bernard Senet, l'un des médecins de Chantal Sébire, explique que « malheureusement, en matière de guérison, il n'y a aucune perspective, on est maintenant dans du palliatif ». Selon lui, on traite uniquement Chantal Sébire « au niveau du confort, c'est tout ce qu'il reste à faire ». Il estime qu'aujourd'hui on ne peut prendre en charge que « tous les inconforts liés à la tumeur, à la perte de la vue, aux risques hémorragiques, à la perte de l'odorat et surtout la douleur ».

La rédaction et Céline Pitelet