BFMTV

L'ex-otage Pierre Torres fiché par la police

Pierre Torres, à gauche, lors de son arrivée à Paris en avril 2014 (photo d'illustration).

Pierre Torres, à gauche, lors de son arrivée à Paris en avril 2014 (photo d'illustration). - Thomas Samson - AFP

Le photographe Pierre Torres, ex-otage en Syrie, a été inscrit par la police au Fichier des personnes recherchées "en lieu et place" de celui de son frère, inquiété dans l'affaire Tarnac.

Un ex-otage français en Syrie, le photographe indépendant Pierre Torres, s'est retrouvé à sa grande surprise dans un fichier de police ce qui n'était "pas justifié". L'ex-otage a appris par inadvertance la semaine dernière qu'il figurait sur deux fiches de police à l'occasion d'une banale demande de passeport au consulat du Royaume-Uni où il réside.

Il était inscrit au Fichier des personnes recherchées (FPR) où sont répertoriées des dizaines de milliers de personnes faisant l'objet de surveillance et de recherche et qui est quotidiennement utilisé par les forces de l'ordre notamment à l'occasion d'un contrôle routier par exemple.

Son nom apparait au titre de "surveillance" uniquement et "vraisemblablement en lieu et place" de celui de son frère qui avait été inquiété dans le dossier Tarnac portant sur les sabotages de lignes SNCF en 2008.

L'obtention d'un passeport plus longue que prévue

Le consulat, qui a accès à ce fichier mais dont il ne connait pas les motifs de recherche ou de surveillance, a vérifié auprès du ministère de l'Intérieur, comme il est d'usage, précisant au photographe que le délai pour l'obtention de son passeport risquait d'être plus long que prévu.

La police a précisé que tout était "rentré dans l'ordre" depuis et que le maintien de ces deux fiches "n'est pas et plus justifié". L'ex-otage français en Syrie a accusé cette semaine les services antiterroristes français d'avoir organisé les fuites sur la présence du jihadiste français Mehdi Nemmouche parmi ses geôliers, ce que le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a formellement démenti mercredi.

A. Dt. avec AFP