BFMTV

L'émouvant témoignage du père d'Alain Bertoncello, militaire français mort au Burkina Faso

Alain Bertoncello est l'un des deux sous-officiers français qui a perdu la vie lors d'une opération des forces spéciales au Sahel pour libérer des otages.

"C'était quelqu'un qui était toujours joyeux, qui souriait tout le temps". Dans la nuit de jeudi à vendredi, Alain Bertoncello, sous-officier des commandos marine, a été tué au Burkina Faso dans le cadre d'une opération des forces spéciales françaises pour libérer plusieurs otages dont deux Français, enlevés au Bénin le 1er mai dernier par un groupe terroriste local. Alors que les ex-otages Patrick Picque et Laurent Lassimouillas ont été accueillis en fin de journée sur la base militaire de Villacoublay, le père d'Alain Bertoncello a rendu un émouvant hommage à son fils, devant les caméras de BFMTV.

"C'est quelqu'un qui était vraiment très apprécié de son entourage. Il était discret, très sportif, volontaire pour tout", a déclaré Jean-Luc Bertoncello évoquant la difficile formation qu'a suivie son fils pour intégrer la Marine.

Son épouse a exprimé plus tôt dans la journée sa "douleur" mais surtout son immense "fierté" dans les colonnes du Parisien.

"Alain vivait sa passion, et il est allé jusqu’au bout. Il était très heureux dans ce qu’il faisait. Ça nous permet de nous soutenir un petit peu", a déclaré au quotidien Danièle Bertoncello. "Il a fait ce qu’il fallait qu’il fasse. Oui, mon Alain a eu un geste héroïque", a-t-elle ajouté.

Un hommage national sera rendu mardi aux Invalides à Alain Bertoncello, né en 1991, et Cédric de Pierrepont, autre militaire français qui a trouvé la mort au cours de la même opération. 

Mélanie Rostagnat