BFMTV

Kevin Razy, le visage anti-complot choisi par Matignon, s’affiche avec des conspirationnistes

Kevin Razy a été choisi pour une campagne gouvernementale contre la désinformation.

Kevin Razy a été choisi pour une campagne gouvernementale contre la désinformation. - Joël Saget - AFP

L’humoriste choisi par le gouvernement pour réaliser une vidéo mettant en garde contre la désinformation et les théories du complot est apparu dans une émission en compagnie de Youtubeurs controversés. Il s'en explique.

Matignon l’a choisi pour s’adresser aux jeunes sur sa plate-forme intitulée ontemanipule.fr. Dans une vidéo diffusée cette semaine Kevin Razy, humoriste et Youtubeur moque les conspirationnistes et démonte les théories du complot.

L’humoriste de 28 ans, membre du Studio Bagel, avait notamment été repéré par Matignon pour une vidéo diffusée après les attentats du 13 novembre. Dans une discussion avec son double, il appelait à ne pas céder à la tentation de l’amalgame.

Des invités adeptes des théories conspirationnistes

Mais Kevin Razi désormais visage de la lutte contre la désinformation choisi est aujourd’hui la cible de critiques. StreetPress révèle vendredi que peu de temps avant le début de la campagne du gouvernement, l’humoriste est apparu en compagnie de...conspirationnistes. Invité du Diner du Cercle, une web-TV, Kevin Razy s’est retrouvé en compagnie de Youtubeurs controversés.

Autour de la table notamment Le Débrancheur, auteur de chroniques vidéos autour de l’histoire qu’il dit "compléter". Dans l’une de ses vidéos note StreetPress, il invitait notamment des collégiens à "poser des questions à leurs professeurs sur les liens entre l’ascension d’Hitler et les Rotschild". Interrogé par le média en ligne, Romain Pigenel en charge de la campagne a vraisemblablement découvert l'existence de cette vidéo, une mauvaise pub pour le gouvernement.

"Je ne suis pas complotiste"

Kevin Razy a réagi samedi, postant sur sa page Facebook un long billet. Le Youtubeur y plaide l'ignorance.

"Je ne savais pas que ce site relayait des propos conspirationnistes", écrit-il. "Je pensais que c'était un petit média indépendant qui faisait de l'information d'investigation."

"Je ne suis pas complotiste, encore moins raciste ou antisémite", ajoute-t-il à l'encontre de ceux qui "visaient le Pulitzer en pensant détenir un scoop". "J'assume le contenu de la vidéo que j'ai faite avec le gouvernement contre la théorie du complot, sachant que la morale de celle-ci est claire: soyons critiques mais pas crédules!". 

C. B