BFMTV

Kaëna, la fillette opérée d'une tumeur au cerveau, est morte

Kaëna n'a pas survécu, malgré une opération qui avait enlevé une majeure partie de sa tumeur le mois dernier.

Kaëna n'a pas survécu, malgré une opération qui avait enlevé une majeure partie de sa tumeur le mois dernier. - BFMTV

L'état de santé de la fillette, âgée de 9 ans seulement, s'est brutalement détérioré mardi soir. Elle s'est éteinte le lendemain en milieu de journée.

La petite Kaëna, 9 ans, a succombé mercredi à une tumeur au cerveau, peu avant 14 heures. Malgré son jeune âge, elle avait déjà affronté de nombreuses épreuves avec un courage hors norme. Sa famille a annoncé la terrible nouvelle sur la page Facebook dédiée à la petite fille. "Mon bébé, n'oublie jamais que je t'aime", écrit sa maman.

Un espoir venu de l'étranger

La maladie de cette jeune enfant avait été connue du grand public en octobre dernier, lorsque ses parents avaient lancé une grande campagne de dons pour financer une opération chirurgicale à haut risque. Tous les médecins français consultés avaient jugé sa tumeur inopérable. "Vouloir enlever cette tumeur est impossible. Il n'y a pas de technique qui permette de faire cette intervention", confiait le Pr Delhemmes, spécialiste en neurochirurgie pédiatrique.

Mais à l'étranger, un médecin avait accepté, laissant espérer le meilleur à ses proches: le professeur australien Charlie Teo, controversé dans la profession. Le neurochirurgien est accusé depuis plusieurs années de prendre en charge des cas incurables, et de ne pas réussir à sauver ce type de patients.

Le Pr Charlie Teo avait un coût: 35.000 euros, pour le faire venir d'Australie avec son équipe, louer un bloc opératoire au Luxembourg, et les rémunérer pour cette opération. L'histoire de Kaëna avait cependant tellement ému le grand public que la somme avait pu être réunie rapidement.

"Elle m'a fait part de son désir de mourir"

En octobre dernier, la petite fille avait été opérée avec succès. Selon ses proches, près de 90% de la tumeur avait pu être enlevée, mais pas la partie la plus profondément ancrée dans le cerveau. Armée de courage, Kaëna s'était pourtant vite remise sur pied, et avait retrouvé l'appétit une semaine à peine après l'opération, parlant de sa hâte de retourner à l'école.

Cela n'a pas suffi. Mardi soir, la fillette a fait une détresse respiratoire, et a dû être intubée en urgence. Rapidement prise en charge, elle a pu récupérer, avant de faire une seconde crise. "A ce moment là, Kaëna m'a fait part de son désir de mourir, qu'elle en a marre de souffrir. Elle m'a dit qu' elle m'aime jusqu'à l'infini, qu'elle sait que j'ai tout fait et ne m'en veut pas. Elle m'a dit qu'elle veut que je continue à être heureuse et qu'elle veillera sur moi du ciel", écrit sa maman sur la page Facebook. Quelques heures plus tard, la fillette a livré son dernier combat.

Alexandra Gonzalez