BFMTV

KaNoé, le mystérieux rappeur de 13 ans qui fume, parle cash et cartonne sur les réseaux sociaux

Le jeune KaNoé en action

Le jeune KaNoé en action - Twitter

Il rappe, il fume et aime les casquettes Adidas. Et si le nouveau phénomène du rap avait été découvert sur Twitter?

Qui est KaNoé, cet adolescent d’à peine treize ans qui fait fureur sur les réseaux sociaux? Fin août, quelques jours avant la rentrée des classes, était partagée sur Twitter une courte vidéo au cours de laquelle les internautes ont pu, médusés pour la plupart, assister au freestyle d’un jeune rappeur entouré d’un groupe d’adultes. Détail important, ce dernier, affublé de lunettes de soleil, était en train de fumer une cigarette.

Visiblement adepte d’écriture fleurie ("Casquette Adidas, et p’tit survêt Lacoste, viens pas faire la pétasse, dans la rue personne t’accoste"), l’adolescent récolte en l’espace de quelques jours des centaines de milliers de retweets et de nombreux commentaires désobligeants à son encontre. KaNoé ne semble pas en prendre ombrage, dans un message provocateur publié sur son compte Instagram, le rappeur en herbe s’exprime de nouveau: "Vous n'aimez quand je fume. Je m'en bats les couilles."

Enregistrée au Touquet dans le département du Pas-de-Calais, c’est tout naturellement que le média local France 3 Nord s’est mis à la recherche du futur Jul. S’il refuse toute demande d’interview, quelques informations ont bien filtré. Rappeur depuis l’âge de 12 ans, il était en fait en vacances dans la station balnéaire du nord de la France. D’origine belge mais domicilié en région parisienne, il aurait pour projet de sortir un clip sur YouTube très prochainement, et peut-être un album.

Reste que le buzz a atteint de nombreuses célébrités. Tout fraîchement sacré champion du monde en Russie, le joueur de FC Barcelone Ousmane Dembélé a "liké" la vidéo publiée sur Twitter. Plus tard, le très en vogue rappeur Vald a lui-même partagé la publication, taquinant l’adolescent: "Tu m’éteins cette cigarette tout de suite". Un conseil bien avisé.

Hugo Septier