BFMTV

Jihad: "Une loi pour interdire d'aller combattre à l'étranger", propose Trevidic

Le juge antiterroriste Marc Trévidic

Le juge antiterroriste Marc Trévidic - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Les départs pour le Jihad en Syrie se font de plus en nombreux à en croire le juge antiterroriste Marc Trévidic. Pour lutter contre le phénomène, il propose une loi pour interdire d'aller combattre à l'étranger.

8 Français (âgés de 20 à 30 ans) qui s'apprêtaient à partir en Syrie pour y mener le djihad ont été interpellés lundi en région parisienne. Parmi eux, trois hommes et une femme ont été déférés au parquet de Paris et doivent être présentés à un juge qui pourrait les mettre en examen. La femme a 21 ans, les trois hommes 26, 27 et 28 ans. La police les soupçonne d'avoir organisé des départs vers la Syrie. Certains étaient en relation avec des « facilitateurs », ces Français présents en Syrie dont les services pensent qu'ils organisent l'arrivée de leurs compatriotes et leur acheminement vers les zones de combat. Une partie des membres du groupe, qui menaient des entraînements en région parisienne, était en lien avec le Front Al-Nosra, groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda en lutte contre le régime de Bachar al-Assad.

Des réseaux "pas très structurés"

Face à cette montée des départs pour le combat à l'étranger, le juge antiterroriste Marc Trévidic s'inquiète. "On compte 400 combattants en Syrie, mais peut-être 700 car certains viennent avec femmes et enfants. Ce sont des jeunes qui partent et qui ensuite vont chercher leurs copains en France, ou les attirent sur Internet". Et ce qui gêne le travail de la justice, c'est que ces réseaux, sont "difficile à contrôler" car "pas très structuré, c'est du copinage : 'viens me rejoindre'".

"Une loi-obstacle"

L'autre problème de la justice, c'est qu'elle manque de temps. "On n'a plus le temps de faire des enquêtes aujourd'hui, c'est à flux tendu", explique le juge Trévidic. "Beaucoup d'entre eux restent sur place, ou alors font l'aller-retour pour chercher les copains". Alors comme réponse pratique et efficace, il propose une loi. "Il faudrait une loi-obstacle, qui interdit à tout Français d'aller combattre à l'étranger, quel que soit la raison, pour éviter la discussion".

Suivez Jean-Jacques Bourdin sur Twitter
Follow @JJBourdin_RMC

Réagissez sur le compte Twitter d'RMC avec le hashtag #BourdinDirect
Tweet #Bourdindirect

La rédaction