BFMTV

Jacqueline Sauvage, qui avait été graciée pour avoir tué son mari violent, est morte

Le cas de Jacqueline Sauvage avait suscité une intense mobilisation, elle a passé sa première nuit en liberté depuis quatre ans.

Le cas de Jacqueline Sauvage avait suscité une intense mobilisation, elle a passé sa première nuit en liberté depuis quatre ans. - AFP

Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent et graciée par le président de la République François Hollande, est morte à l'âge de 72 ans.

Jacqueline Sauvage, devenue symbole de la lutte contre les violences faites aux femmes, est décédée, a appris BFMTV auprès de son avocate confirmant les informations de La République du Centre. Elle a été inhumée en toute discrétion. La famille ne souhaite pas communiquer sur les raisons de son décès.

L'histoire judiciaire de Jacqueline Sauvage s'était transformée en affaire sociétale et même en affaire d'Etat. En septembre 2012, alors âgée de 65 ans, elle avait tuée de trois coups de fusil de chasse son mari. Un homme qui la battait régulièrement depuis des années. En 2014 puis en 2015 en appel, Jacqueline Sauvage a été condamnée à 10 ans de réclusion criminelle pour ce meurtre. Une peine minimale pour ce type de crime qu'avait réclamé le procureur général.

"Elle a éveillé les consciences"

Jacqueline Sauvage était alors emprisonnée provoquant une importante mobilisation remontant jusqu'au sommet de l'Etat. En janvier 2016, le président de la République François Hollande lui avait accordé une grâce partielle lui permettant de demander une sortie de prison anticipée alors que sa condamnation prévoyait une période de sûreté incompressible de 5 ans.

A deux reprises, la justice refuse cette demande de libération anticipée. Les juges estiment alors que Jacqueline Sauvage, dans une position de sur-victimisation, n'a pas fait un travail assez approfondi sur son geste, et qu'elle n'a pas cherché d'autres solutions que de tuer son mari. Elle sera finalement libérée à la suite de la grâce totale accordée par François Hollande en décembre 2016.

Jacqueline Sauvage a éveillé les consciences, elle a marqué la société qui a enfin pu s'imaginer ce que pouvaient vivre ses femmes dans le huis-clos familial, a réagi Me Nathalie Tomasini, l'avocate de Jacqueline Sauvage. Elle a cristallisé les espoirs des victimes de violences conjugales. Sa résistance a mobilisé tout un pays. (...) D'une certaine manière, Jacqueline Sauvage a fait avancer la lutte contre les violences faites aux femmes.

François Hollande, l'ancien président de la République, a réagi à ce décès avec "émotion".

Si l'affaire était médiatisée, avec notamment la réalisation d'un téléfilm dont son rôle est incarné par Muriel Robin, Jacqueline Sauvage s'était faite très discrète depuis sa libération. "Elle était extrêmement fatiguée, explique Me Tomasini. Elle a voulu se recueillir auprès des siens, de ses filles, de ses petits-enfants. Elle a beaucoup souffert de la médiatisation, ça a été également très violent."

Justine Chevalier avec Rym Bey