BFMTV

Intrusion à Fessenheim: 55 militants de Greenpeace condamnés

La banderole déployée par des militants de Greenpeace qui se sont introduits dans la centrale de Fessenheim, le 18 mars 2014

La banderole déployée par des militants de Greenpeace qui se sont introduits dans la centrale de Fessenheim, le 18 mars 2014 - BFMTV

Le tribunal les a jugés coupables de violation de domicile, mais les a relaxés pour les dégradations constatées sur les lieux.

Le tribunal correctionnel de Colmar a condamné jeudi 55 militants de Greenpeace à des peines de deux mois de prison avec sursis pour une spectaculaire intrusion en mars dans la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin).

Le tribunal les a jugés coupables de violation de domicile, mais les a relaxés pour les dégradations constatées sur les lieux. Le procureur de Colmar, Bernard Lebeau, avait auparavant requis des peines de trois à quatre mois de prison avec sursis. "Ce débat (sur l'énergie nucléaire) me paraît complètement légitime, mais je ne peux, en tant que citoyen et en tant que procureur, cautionner les actions de Greenpeace, lorsqu'elles sont illégales", avait expliqué le procureur.

Trois militants présents

Sur les 55 militants jugés jeudi pour "violation de domicile" et "dégradations", seuls trois -deux Français et un Allemand- se sont présentés à la barre, pour revendiquer la "légitimité" de leur action.

Greenpeace demande la fermeture du site de Fessenheim, pourtant annoncée pour fin 2016 par François Hollande. Elle souhaite aussi "l'arrêt des centrales vieillissantes partout en Europe et en France".

S.A. avec AFP