BFMTV

Metz: un ancien surveillant de prison empêche une évasion en pleine rue

Des coursives de la maison d'arrêt de Fresnes, dans le Val-de-Marne, dans l'aile réservée aux hommes, en 2011.

Des coursives de la maison d'arrêt de Fresnes, dans le Val-de-Marne, dans l'aile réservée aux hommes, en 2011. - Fred Dufour - AFP

Un détenu de la prison de Metz, qui tentait jeudi de s'évader lors d'un transfèrement vers l'hôpital, a été intercepté dans sa fuite par un passant, lui-même ancien surveillant pénitentiaire radié de la fonction publique et... en liberté conditionnelle.

C'est une histoire plutôt inhabituelle. Un détenu de la prison de Metz, qui tentait de s'évader lors d'un transfèrement vers l'hôpital, a été intercepté dans sa fuite par un passant, jeudi. Mais pas n'importe lequel: il s'agissait d'un ancien surveillant pénitentiaire radié de la fonction publique et... en liberté conditionnelle, rapporte l'AFP.

"Il était menotté mais a réussi à s'échapper"

Le détenu de 23 ans, placé en détention provisoire dans l'attente de son procès pour meurtre, a profité d'un instant d'inattention de son escorte policière lors de son transfèrement entre le centre pénitentiaire de Metz-Queuleu et l'hôpital de Mercy, où il devait recevoir des soins jeudi en fin de matinée. "Il était menotté mais a réussi à s'échapper", a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

Alors que le détenu courait dans la rue, poursuivi par son escorte à ses trousses, il a été repéré par le client d'un taxi, qui a bondi hors du véhicule pour tenter de l'intercepter.

Un ancien surveillant condamné pour attouchements sexuels

Or, ce client n'était autre qu'un ancien surveillant pénitentiaire, qui a travaillé une dizaine d'années à la maison d'arrêt de Fresnes (Val-de-Marne), mais qui n'exerce plus dans la fonction publique depuis qu'il a été condamné pour attouchements sexuels sur mineurs, et qui se trouve en liberté conditionnelle depuis août. C'est son intervention qui a finalement permis de maîtriser le fuyard, a poursuivi cette même source.

"Il y a eu une tentative d'évasion lors d'une extraction médicale: il a tenté de s'évader, il a été rattrapé", a confirmé à l'AFP une porte-parole de la direction régionale de l'administration pénitentiaire à Strasbourg, sans vouloir faire davantage de commentaires. Le parquet de Metz, contacté par l'AFP, n'a pas souhaité communiquer.

S. C. avec AFP