BFMTV

Après avoir été déclaré mort, un septuagénaire doit prouver qu'il est bien vivant

-

- - Image d'illustration - Flickr

Déclaré mort par erreur, un septuagénaire a dû prouver qu'il était bien vivant. Entre-temps, ses comptes avaient été bloqués, sa retraite suspendue et son permis de conduire invalidé.

Une situation ubuesque. Après avoir été déclaré mort en mai dernier, un homme a dû prouver qu'il était bien vivant et attendre les délais légaux de justice pour retrouver la vie, comme le révèle France 3 Occitanie.

Tout commence en mai dernier, lorsque la police retrouve le corps sans vie d'un homme dans une caravane. Interrogés, des marginaux assurent que le corps est celui de Louis Palacios, un Albigeois de 74 ans à qui appartient le terrain où se trouve la caravane.

Comptes bloqués, permis annulé, retraite suspendue

La police prononce alors le décès officiel de Louis Palacios. Averti de la situation, ce dernier se manifeste auprès des autorités, bien obligées de constater que l'intéressé est bel et bien en vie. Le corps dans la caravane est alors identifié comme étant celui d'un SDF hébergé par Louis Palacios depuis quelques années.

Mais les problèmes commencent pour le septuagénaire. L'administration l'ayant déjà déclaré mort, il ne touche plus sa retraite, n'a plus de sécurité sociale, voit ses comptes bancaires bloqués et son permis de conduire invalidé. 

La police lui délivre alors un "certificat de vie", mais seul le tribunal de grande instance (TGI) est habilité à annuler un acte de décès. Convoqué lundi devant le TGI, Louis Palacios a logiquement été reconnu vivant. Il devrait revenir officiellement à la vie dans 14 jours, le délai légal.

G.D.