BFMTV

Infanticide dans les Landes: la mère reconnaît une part de responsabilité

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La jeune femme, déjà poursuivie pour l'infanticide d'un nouveau-né en septembre 2013, a admis mercredi une part de responsabilité dans la mort d'un deuxième bébé, né un an plus tôt.

Une mère de famille des Landes, soupçonnée d'avoir tué deux bébés en 2012 et 2013, après la découverte début février des corps de deux enfants dans un sac enterré à proximité d'une ferme, a admis mercredi devant la juge d'instruction une part de responsabilité dans la mort d'un deuxième bébé né un an plus tôt.

"Elle reconnaît que la mort a été donnée aux deux enfants", dont les corps ont été retrouvés début février dans un sac, à proximité d'une ferme à Saint-Loubouer (Landes), a déclaré Me Pierre Blazy à l'issue de l'audition.

Cette femme de 28 ans, mère de trois autres enfants âgés de deux à six ans, avait déjà été mise en examen fin décembre pour l'infanticide d'un bébé né en septembre.

Mère de trois enfants

Au départ, cette mère de trois enfants, âgés de 2 à 6 ans, vivant à Serres-Gaston dans les Landes avec son compagnon, chômeur depuis un an et demi, avait été placée en garde à vue fin décembre pour la disparition d'un nouveau-né, rapportée par sa grand-mère paternelle.

Aux enquêteurs de la gendarmerie, elle avait déclaré lui avoir donné la mort, en le laissant se noyer dans un lac des Landes, 24 heures après sa naissance non déclarée dans la nuit du 26 au 27 septembre 2013.

Elle avait été mise en examen pour homicide, puis écrouée, tandis que son compagnon, qui avait assuré être persuadé qu'elle avait juste abandonné l'enfant à l'hôpital, n'avait pas fait l'objet de poursuites.

Sans doute étouffés

Mais un peu plus d'un mois plus tard, les corps de deux bébés avaient été retrouvés. L'autopsie a établi que les enfants ne sont pas morts noyés, mais sans doute étouffés, selon une source proche du dossier.

La mère a pour sa part admis qu'aucun n'était mort-né, selon son avocat, qui a cependant souligné que l'instruction devrait désormais déterminer quelle a été la part de responsabilité de cette femme et quel rôle a joué ou non le père des enfants.

L'homme, qui a depuis la découverte été mis en examen pour "non-dénonciation de crime et recel de cadavre", et écroué, doit pour sa part être entendu jeudi.

La mère, a, semble-t-il, assumé sa part de responsabilité sans vouloir la porter seule, a expliqué Me Pierre Blazy, évoquant une femme "desespérée".

La rédaction