BFMTV

Impôts : faut-il augmenter la CSG ?

Augmenter la CSG : une bonne idée ?

Augmenter la CSG : une bonne idée ? - -

Jean-Marc Ayrault annoncera probablement ce mardi la hausse de la CSG, la contribution sociale généralisée. Une augmentation jugée « inévitable » par la Cour des comptes. « Une nouvelle ponction dans la poche des Français », proteste un député du Front de gauche.

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault prononce ce mardi à 15h à l'Assemblée nationale son discours de politique générale. Il y parlera rigueur : en effet, il manque 6 à 10 milliards d'euros au gouvernement pour boucler le budget de l'Etat. La marche sera encore plus haute l'année prochaine, puisque selon les calculs de la Cour des comptes, qui a rendu son rapport sur les finances de l’Etat ce lundi, c'est 33 milliards d’euros qu'il faudra aller chercher.
Pour la Cour, il faudra fortement réduire les dépenses, et une hausse « temporaire » de la TVA ou de la CSG paraît « difficilement évitable » en 2013. Prélevé sur la quasi-totalité des revenus, cet impôt ne pèse pas uniquement sur le travail, mais également sur les pensions et le capital. D’où son rendement énorme : 83 milliards d’euros en 2009. Faut-il, comme le préconise la Cour des comptes, augmenter la CSG ?

« Fusionner la CSG avec l'impôt sur le revenu »

 « Il vaut mieux augmenter la CSG plutôt que les cotisations, car les cotisations salariales ou patronales ne frappent que les salariés », estime François de Rugy, président du groupe écologiste à l'Assemblée nationale. « Il vaut mieux que les revenus du capital soient intégrés. Par ailleurs, nous proposons de fusionner avec l’impôt sur le revenu pour lui redonner de la progressivité, pour que les petits revenus paient un peu moins, et les très hauts revenus paient un peu plus. »

« C'est au capital de mettre la main à la poche »

André Chassaigne est chef de file des députés Front de gauche à l'Assemblée nationale : « Je ne suis absolument pas favorable à la hausse de la CSG. Ces mesures conduiraient à opérer une nouvelle ponction dans la poche des Français. Cette ponction serait d’autant plus lourde que leurs revenus sont modestes. C’est au capital de mettre la main à la poche, ce n’est pas systématiquement aux familles et aux retraités d’être mis à contribution. »

La Rédaction, avec Victor Joanin et Annabel Roger