BFMTV

Ile-de-France: 14 interpellations pour fraude au permis de conduire

Un inspecteur du permis de conduire et plusieurs gérants d'auto-école impliqués dans un réseau d'obtention frauduleuse du permis ont été interpellés en début de semaine en région parisienne  - Jeudi 28 janvier 2016

Un inspecteur du permis de conduire et plusieurs gérants d'auto-école impliqués dans un réseau d'obtention frauduleuse du permis ont été interpellés en début de semaine en région parisienne - Jeudi 28 janvier 2016 - AFP

Plusieurs gérants d'auto-école ont été interpellés ce jeudi après avoir délivré de faux permis de conduire en Ile-de-France. Une enquête est actuellement en cours pour "corruption" et "obtention frauduleuse de documents administratifs".

Un inspecteur du permis de conduire et plusieurs gérants d'auto-école impliqués dans un réseau d'obtention frauduleuse du permis ont été interpellés en début de semaine en région parisienne, selon une information révélée ce jeudi par des sources proches de l'enquête.

Au moins six personnes, dont "un inspecteur du Val-d'Oise et des gérants de trois ou quatre auto-écoles d'Île-de-France", ont été placées en garde à vue entre lundi et mercredi, soupçonnées d'avoir procuré des permis de conduire, notamment à des étrangers, "pour des sommes pouvant atteindre plusieurs milliers d'euros" selon une de ces sources.

De faux permis de conduire

L'affaire démarre fin 2014, quand la préfecture signale à la justice "que des gens ne parlant pas français ont obtenu le permis dans un certain nombre d'auto-écoles", alors que l'examen comprend la réussite d'un test en français de connaissance du code de la route. "Le procédé nécessitait des complicités sur toute la chaîne" administrative, estime cette même source. "L'enquête doit encore déterminer si les faits sont imputables aux auto-écoles ou à l'inspection du permis de conduire", selon une autre.

Mise en examen pour fraude

Quatre des personnes interpellées devaient être présentées jeudi à un juge d'instruction, qui pourrait les mettre en examen pour "corruption", "obtention frauduleuse de documents administratifs", ou "faux en écriture publique" et les placer sous contrôle judiciaire. Deux autres gardés à vue ont été remis en liberté, dont un faute de preuve et le second pour raisons de santé.

Cette série d'interpellations intervient après 14 mois d'enquête menée par la section de recherche de la gendarmerie de Versailles et l'ouverture, en février 2015 auprès du tribunal de Pontoise, d'une instruction judiciaire qui cherche encore à mesurer l'ampleur de la fraude et le nombre de permis concernés.

A.-F. L. avec AFP