BFMTV

Hermès, un nomadisme raffiné et intemporel

Pour sa première collection de prêt-à-porter pour Hermès, Christophe Lemaire a livré un vestiaire emprunt d'épure et de poésie. Les lignes sont sobres et subtiles et les coupes magnifient les matières dans des couleurs chères à Hermès - blanc, fauve ou no

Pour sa première collection de prêt-à-porter pour Hermès, Christophe Lemaire a livré un vestiaire emprunt d'épure et de poésie. Les lignes sont sobres et subtiles et les coupes magnifient les matières dans des couleurs chères à Hermès - blanc, fauve ou no - -

Il s'agissait d'un des défilés parisiens les plus attendus de la saison. Christophe Lemaire, qui présentait dimanche sa première collection de prêt-à-porter pour Hermès, a livré un vestiaire empreint d'épure et de poésie.

L'enjeu était de taille pour une maison chez qui l'élégance doit rimer avec confort et intemporalité. Jamais d'ostentatoire.

Dans l'atmosphère intimiste de la nouvelle boutique de la rue de Sèvres, à Paris, très loin des musiques tonitruantes qui accompagnent nombre de défilés, les modèles déambulaient à pas lents au son d'une cithare.

Le styliste de 44 ans, venu de chez Lacoste, propose une collection aux lignes sobres et subtiles, où les coupes magnifient les matières, dans une palette dominée par le blanc, le fauve et le noir.

Les jupes étroites, portées sous le genou, ou les leggings de cuir s'agrémentent du volume généreux d'amples vestes surmontées de hauts cols.

Des robes-manteaux en agneau vert bouteille, des vestes masculines portées sur des leggings de cuir donnent à l'allure une élégance altière.

De longs manteaux blancs aux plissés subtils, ornés de vastes capuches, ou des capes généreuses, se ferment d'un geste, avec une attache en os, en corne ou en cuir. Ils enveloppent une silhouette comme parée pour un long voyage et laissent deviner des cuissardes couleur sable ou des pantalons-bottes en cuir fauve.

"SE SENTIR AILLEURS"

"Je voulais qu'on se sente ailleurs, dans le temps et dans l'espace. Au-delà des savoir-faire, je voulais un moment suspendu, comme un voyage onirique", a déclaré Christophe Lemaire à Reuters à l'issue du défilé, précisant avoir abordé cette première collection dans un "esprit de grande confiance".

Toute la noblesse des matières chères à Hermès est présente, subtilement magnifiée par la coupe. Sensuels replis des cuirs fauve, vert ou crème, amples cachemires ondulants, éclatantes soies aériennes orange ou rouge vermillon.

Plus sportive, l'allure se pimente de blousons bouffants, de joggings en tricot de cachemire et de petites casquettes de jockey en nubuck, blanc ou tabac.

Le soir, des tuniques ou des pyjamas de soie légère comme un souffle alternent avec le noir brillant de l'agneau plongé pour des tops à larges cols, des leggings, des tuniques taille basse ou des pantalons courts et large.

"C'est très apaisé, en dehors de la mode et en rupture avec ce qu'on peut voir ailleurs, c'est bien conforme à l'esprit Hermès, intemporel", souligne Olivier Saillard, directeur du musée Galliera, le musée de la mode de la ville de Paris.

Après dix ans passés chez Lacoste, le nouveau styliste du Faubourg Saint-Honoré a, selon lui, trouvé "une manière de s'imposer, avec justesse et un peu de prudence".

"C'était comme un voyage, avec des choses vraiment belles, qu'on peut toutes porter", a confié, ravie, l'actrice Jane Birkin.